2020 aura été l’année des supermarchés. Mis à rude épreuve dès le début de l’épidémie et avant même les mesures de confinement, toutes les grandes enseignes ont dû jongler entre des phénomènes de stockage et des mesures sanitaires strictes. Un quotidien chargé, mais aussi beaucoup de travail et des revenus à la hausse, un luxe dont peu d’entreprises bénéficient cette année.

Pour les fêtes de fin d’année, on attend donc du monde dans les rayons. “Chez Delhaize, nous attendions plus de 1,5 million personnes ce mercredi, c’est deux fois plus qu’en temps normal, affirme Karima Ghozzi, porte-parole du groupe. Ce jeudi, ce sera sensiblement la même chose, peut-être un petit peu moins étant donné que nos magasins ferment plus tôt.

Avec un défi à relever, celui de la gestion de la foule. “Nous encourageons d’autant plus nos clients à faire leurs courses seul et de respecter le délai de 30 minutes”, rappelle-t-elle.

Chez Colruyt, les magasins ouvriront une demi-heure plus tôt ce jeudi, à 8h au lieu de 8h30. “Il faut savoir que nos collaborateurs commencent et terminent leurs journées une heure plus tôt depuis quelques jours pour assurer des rayons bien remplis, explique la porte-parole Nathalie Roisin. Si jamais il devait y avoir un rush dans un magasin ou l’autre, nous laisserons des files se former à l’extérieur en contrôlant le nombre de caddies à l’entrée. Cela permettra d’avoir peu de monde dans les magasins et donc de réduire la durée des courses. Des stewards seront présents pour faire respecter les mesures.

Au niveau des quantités, Colruyt indique que c’est au moins un camion en plus par jour qui livre chaque magasin, soit 20 % de marchandises en plus. Pour les courses effectuées via Collect&Go, on parle là d’une augmentation de 70 % par rapport à l’année passée pour les deux dernières semaines de décembre.