L’e-commerce est une fois de plus le grand gagnant en cette période de confinement. Les achats en ligne représentent en effet la moitié des dépenses des Belges.

Tous les clients belges N26 ont acheté davantage en ligne et dépensé plus à chaque fois, observe la banque digitale. C’est chez les 35-44 ans que l’augmentation de l’e-commerce dans le volume global des transactions est la plus forte (+69 %). Enfin, on observe que cette tendance s’est aussi largement établie chez les 55-64 ans, avec une augmentation de 53 % en volume de transaction.

"La digitalisation des usages (e-commerce, paiements mobiles) est une tendance qui s’est clairement et durablement installée depuis le premier confinement. Ces derniers mois nous ont montré qu’il n’y aura pas de retour en arrière. Cela se confirme avec ce second confinement où l’on observe que c’est chez les plus de 55 ans que l’augmentation du recours au e-commerce est la plus forte", commente Jérémie Rosselli, General Manager de N26 France et BeNeLux.

Les Belges retirent de plus en plus d’argent aux distributeurs

Autre phénomène marqué, que l’on ne connaissait pas lors du premier confinement : les Belges retirent de plus en plus d’argent aux distributeurs.

Lors du premier lockdown, c’était précisément l’inverse, avec une baisse des retraits de 57 % en avril dernier. Cependant, contrairement à la tendance du premier confinement et contrairement aux autres marchés, N26 a pu observer en Belgique une légère augmentation (+18 %) du nombre de retraits durant le second confinement. "Cette augmentation pourrait être liée au fait que les Belges ont augmenté leurs transactions en liquide dans le but de soutenir les commerçants locaux", observe Jérémie Rosselli.

On voit en effet de nombreux commerçants, notamment dans l’Horeca, appeler leurs clients à payer au maximum en cash afin de disposer de liquidités, à moins que cela soit un moyen pour eux de tenter de faire du noir…