"Toutes têtes qui avaient déjà poussé ou qui pointaient le bout de leur nez sont perdues, confie Bernard Deconinck, producteur d’asperges. Pour le reste, on ne parle pas de pertes, mais cela ralentit la production car il faut garder un sol et une température ambiante à minimum 12 degrés pour que la croissance se fasse. On espère être en ordre pour Pâques, mais cela risque d’être trop juste, sauf si on fait une belle période avec 20 degrés et du soleil."

De quoi faire grimper les prix. "Actuellement, on tourne autour des 30 €/kilo. Pour Pâques, je pense que le prix juste tournera autour des 15 €."