Assica (Associazione Industriali delle Carni e dei Salumi) a dévoilé quelques chiffres concernant l’export de charcuteries italiennes en Europe et plus précisément en Belgique. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que le Belge et la charcuterie italienne, c’est une véritable histoire d’amour. "La Belgique est un marché très important pour nos entreprises, avec des échanges de 8.511 tonnes et une valeur d’environ 100 millions d’euros sur la période janvier-novembre 2021. C’est le troisième marché le plus important après l’Allemagne et la France au sein de l’UE et c’est certainement l’un des pays partenaires avec les taux de croissance les plus intéressants (+28,2 % en volume et +16,9 % en valeur) en 2021", détaille Davide Calderone, directeur de Assica.

Faut-il y voir l’effet du Covid ? Il n’en est rien ! Les données confirment l’attention croissante du consommateur belge pour des produits de qualité, offrant à la fois un bon aspect nutritionnel, une garantie du bien-être animal et plus de durabilité. "La croissance de la charcuterie italienne sur le marché belge en 2021 n’est en fait pas seulement un effet statistique lié à la reprise après la pandémie - déjà dans la période janvier-novembre les arrivées de charcuterie italienne en Belgique ont dépassé de loin les niveaux pré-pandémie - mais le début d’une nouvelle phase de connaissance et d’appréciation de la charcuterie Made in Italy. En Belgique, comme en Italie, les consommateurs choisissent ce qu’ils mangent avec de plus en plus de soin et de conscience", conclut le directeur.