Si, aujourd’hui, les hommes, qui adoptent les bretelles pour attacher leur pantalon, les arborent le plus souvent fièrement, jadis, elles étaient portées très discrètement sous le gilet ou la veste. Nous sommes au XVIe siècle, en France, sous le règne d’Henri III. Les hommes ont l’habitude de porter des chausses (long bas en tissus ou tricot recouvrant toute la jambe) qui, à l’époque, constituaient un élément important des habits masculins. Étant donné que les fibres synthétiques (principalement l’élasthanne) étaient inconnues à l’époque, les chausses n’étaient pas extensibles et elles ne présentaient aucune élasticité. Il fallait donc les attacher pour qu’elles ne tombent pas sur les mollets. Le problème fut résolu grâce à des rubans fixés aux chausses. C’est ainsi que les bretelles virent le jour…

Les bretelles se popularisent sous la Révolution française de1789. Les hommes du peuple adoptent les bretelles, sous leur gilet ou bien visibles, pour attacher leur pantalon. On les appelait les “sans-culottes” parce qu’ils avaient abandonné la culotte (pantalon court serré aux genoux) des aristocrates pour le pantalon qui recouvrait entièrement les jambes comme nous le connaissons aujourd’hui. Les ouvriers portent des bretelles en drap sur leurs vêtements, progressivement les bourgeois abandonnent la culotte à leur tour et adoptent la mode avec des bretelles en cuir.

En 1826, à Rouen, une ville française où la fabrication des bretelles constituait à l’époque une très grosse activité, un certain Charles Anthéaume invente les bretelles élastiques, véritable petite révolution car elle s’adapte plus aisément au corps.

Un siècle plus tard, l’usage des bretelles commence à décliner vers 1920 avec l’apparition des passants pour ceinture qui permettent de mieux porter les pantalons sans bretelles. L’uniforme des soldats de la Première guerre mondiale joua un rôle, important dans cette innovation. Les bretelles connaissent alors une longue traversée du désert jusque dans les années 1980 lorsque le mouvement punk les remet à la mode en guise de provocation. Depuis 2010, même si la majorité des hommes préfèrent porter la ceinture, les bretelles sont revenues à la mode, principalement dans les milieux chics. Certaines femmes ont adopté la mode des bretelles mais le phénomène reste marginal.

Pour certains, les bretelles sont un véritable symbole de leur personnalité. On pense, en particulier, au célèbre journaliste et animateur de télévision et radio américain, Larry King, décédé en janvier dernier à l’âge de 87 ans. Après une importante perte de poids en 1987 à la suite d’une opération cardiaque, il décida de ne plus se séparer de ses célèbres bretelles notamment dans le talk-show qu’il anima pendant 25 ans sur CNN. Il affirmait posséder une collection de 150 paires de bretelles…