Consommation
Après 3 ans passés en mer... ils sont toujours intacts.

Le plastique est un véritable fléau pour l’environnement et les océans. Alors que des alternatives existent, notamment le sac biodégradable, on se dit que des solutions existent enfin pour y remédier. Et pourtant, des chercheurs de l’Université de Plymouth viennent de publier les résultats et ils sont pour le moins édifiants.

Les chercheurs ont étudié le processus de dégradation de divers sacs compostables, biodégradables et classiques exposés à la mer, à la terre et à l’airpendant une longue période. Il a été constaté qu’aucun sac n’était complètement désintégré au cours de la période d’enquête.

Le sac compostable affiche cependant les meilleurs résultats. Après 3 mois en mer, le sac semblait effectivement avoir disparu. Mais des chercheurs de l’Université de Plymouth ont souligné la nécessité de poursuivre les recherches sur l’impact environnemental potentiel des produits de dégradation utilisés ici.

Au bout du compte, le sac compostable était toujours intact au bout de 27 mois, mais il ne pouvait plus supporter le poids des courses. Les différents types d’articles biodégradables testés pouvaient, après avoir passé 3 ans en mer, toujours supporter le poids des courses. “Après 3 ans, j’ai été vraiment surpris de voir que chaque type de sac pouvait encore supporter le poids des marchandises. Et la chose la plus surprenante est que l’on appelle cela des sacs biodégradables. Lorsque les utilisateurs voient une étiquette “biodégradable” quelque part, ils supposent automatiquement que le sac sera décomposé beaucoup plus rapidement qu’un sac conventionnel. Mais notre étude montre qu’après une période de trois ans, ce n’était visiblement pas le cas”, explique Imogen Napper, qui a dirigé l’étude, dans The Guardian. Cette conclusion est également corroborée par le professeur Richard Thompson, chef du département de la recherche, qui déclare que cette étude soulève des questions quant à savoir si le public est induit en erreur ou non.