Le Néerlandais mise sur les prix, mais aussi et surtout sur le service pour faire la différence.

Ce n’est pas la concurrence qui manque dans le secteur de la grande distribution belge. Aux acteurs historiques (Carrefour, Delhaize, Colruyt) se sont ajoutés au fil des ans les hard et smart discounters que sont Aldi et Lidl, sans oublier Albert Heijn et, plus récemment, Jumbo. Ce dernier s’est en priorité et par facilité (proximité et langue) attaqué au nord du pays. Il se rapproche cependant de Bruxelles et se dit prêt à franchir le Rubicon pour s’installer en Wallonie.

"Si vous voulez conquérir un marché qui est déjà sursaturé, vous ne pouvez le faire qu’en proposant de meilleures offres pour moins cher. Si nos prix sont plus élevés que notre concurrent, ou que notre assortiment est plus limité, alors nous ne pourrons pas nous développer sur ce marché. Il en va de même pour les services" , déclare le CEO dans un entretien accordé à De Volkskrant.

Le service semble d’ailleurs être une priorité, bien avant le prix, pour Frits van Eerd, avouant s’inspirer de modèles américains. "Je trouve cela fantastique quand un employé passe quinze minutes avec un client pour l’aider à composer un repas. D’autres marques se diraient : ça coûte de l’argent."

Et d’enfoncer le clou en n’hésitant pas à se comparer à la concurrence. "Ils offrent soit un prix très bas, mais un assortiment très limité et peu de service, soit ils proposent beaucoup de services et un bel assortiment, mais à des prix élevés. Regardez Lidl et Albert Heijn, tout le monde sait ce que ces marques représentent. Nous avons l’assortiment d’Albert Heijn, le prix de Lidl, et offrons un meilleur service. Sur ces trois aspects, nous faisons mieux qu’une grande partie du marché."

Cette ambition de développement passera aussi au travers des 17 magasins Hema récemment rachetés. De quoi offrir aussi du non alimentaire, développer une offre dans les gares et intégrer un assortiment de produits Hema dans l’ensemble des points de vente Jumbo. À quand le premier magasin Jumbo en Wallonie ? Sur ce point, le CEO reste quelque peu discret, mais lève cependant un coin du voile. "Dans cinq ans, nous voulons avoir ouvert une centaine de magasins en Belgique. Et si tout se passe bien, nous irons plus loin. Il faut d’abord nous installer en Wallonie. Mais alors, bien sûr, la barrière de la langue pour atteindre la France n’existera plus…."