Un cas de cancer sur 25 serait lié à une consommation excessive d’alcool. Pour l’OMS, la lutte contre ce fléau passe par une taxation plus importante. Dans une étude présentée lundi, l’Organisation mondiale de la Santé estime ainsi que si l’on double les taxes sur l’alcool, on pourrait éviter quelque 5 000 décès par an.

Selon cette modélisation parue dans la revue scientifique The Lancet, “on estime que 10.700 nouveaux cas de cancer et 4850 décès par cancer liés à l’alcool pourraient être évités chaque année dans la région européenne de l’OMS en doublant les taxes actuelles sur les boissons alcoolisées”, souligne dans un communiqué la branche Europe de l’OMS. Cela représente environ 6 % des nouveaux cas et des morts de cancers liés à la consommation d’alcool, relève l’organisation sanitaire de l’ONU.

La Russie, le Royaume-Uni et l’Allemagne sont les pays qui sauveraient le plus grand nombre de vies en prenant cette mesure fiscale, avec respectivement 725, 680 et 525 morts évitées, selon sa modélisation.

D’après l’OMS, sur les 4,8 millions de nouveaux cas de cancer chaque année en Europe, 1,4 million, ainsi que 650.000 décès, sont “liés à” la consommation d’alcool. Parmi ceux-ci, l’organisation estime que 180.000 cas et 85.000 morts sont directement causés par l’alcool.

Le nombre des vies sauvées par un doublement des taxes concernerait notamment les cancers du sein (1.000 morts par an) et les cancers colorectaux (1700).

L’alcool est lié à sept types de cancers différents : bouche, pharynx, œsophage, colorectaux, du foie, du larynx et du sein.

“En 2020, les types de cancer avec le plus grand nombre de nouveaux cas associés à la consommation d’alcool étaient le cancer de l’œsophage (190.000 cas), le cancer du foie (155.000 cas) et le cancer du sein chez les femmes (98.000 cas)”, selon le Circ. La Mongolie est le pays où la proportion de nouveaux cas de cancers liés à l’alcool est la plus haute (10 %, 560 cas). C’est au Koweït, pays musulman où la consommation d’alcool est interdite, qu’elle est la plus basse (un peu plus de 0 %, soit 5 cas).