Les timbres-poste sont remarquablement chers en Belgique par rapport aux autres pays d'Europe, ressort-il de l'observatoire annuel du marché postal de l'Institut belge des postes et des télécommunications (IBPT), le régulateur du secteur, publié vendredi.

Il n'y a qu'au Danemark, en Italie, en Finlande et en France que son prix est plus élevé. Cela alors que le montant à débourser en Belgique sera fortement revu à la hausse à partir du 1er janvier prochain. Un timbre (prior) coûte actuellement 1 euro en Belgique, là où le prix médian au sein de l'Union européenne est de 0,76 euro. Le pays le plus cher est le Danemark, où envoyer une lettre revient à au moins 3,89 euros. A l'autre bout du classement, on retrouve Malte, où il ne faut débourser que 0,28 euro. Même en neutralisant les écarts de niveaux de vie, la Belgique conserve des prix plus élevés que la médiane.

Depuis 2010, le prix du timbre a connu une augmentation de 45%, et même de 64% pour ceux vendus par 10. Or environ 90% des achats se font précisément par 10.

Après la promulgation d'une nouvelle loi relative aux services postaux en 2018, l'IBPT a constaté une très forte augmentation du prix du timbre. La croissance annuelle moyenne est ainsi passée de 1,9% sur la période 2010-2017 à 12,5% sur la période 2017-2019. Et cette tendance ne semble pas vouloir s'arrêter puisque Bpost a annoncé en septembre de nouvelles hausse à partir du 1er janvier prochain.

Un timbre prior unique coûtera alors 1,21 euro (+21%) tandis qu'une pochette de 10 reviendra à 11,8 euros.

Depuis 2010, le régulateur constate par ailleurs un recul sur le marché de la poste aux lettres. Il a été de 5% en moyenne par habitant et par an jusqu'en 2018, pour atteindre 135 lettres l'an dernier, contre 143 en 2017 et 204 encore au début de la période analysée.