Le transport pèse quasiment aussi lourd que l’alimentation !

Sur l’ensemble d’une année, le Belge dépense en moyenne 15 919 €, selon les statistiques publiées par Statbel. Au rayon des plus grosses dépenses figure sans grande surprise le logement, représentant 30 % du budget. À cela s’ajoutent les frais consacrés à l’achat de meubles, d’articles de ménage et d’entretien, d’outillage pour maison et jardin, etc. Au total, ce sont ainsi 35 % des ressources qui sont englouties.

En deuxième lieu, les produits alimentaires et boissons non alcoolisées pèsent également lourd sur les finances. Par personne, il faut compter pas moins de 2 234 € par an, tandis que les boissons alcoolisées, les produits de tabac et les stupéfiants (sic) coûtent en moyenne 323 € par an au Belge.

Les transports représentent le troisième poste le plus important derrière l’habitat et la nourriture, nécessitant une dépense annuelle de 1 810 € par personne. Soit un peu plus que les soins et services personnels (1 626 €), englobant les produits d’hygiène, de bien-être, coiffeur et autres services. Le Belge aime cependant se faire plaisir, consacrant pas moins de 1 046 € à la restauration et autres sorties dans l’Horeca. La culture et les temps libres représentent quant à eux une dépense annuelle de 1 148 €. En y ajoutant les vêtements et les chaussures (738 €) ou encore la formation (114 €) et les dépenses de communication (492 €), il ne reste plus une très grosse enveloppe pour les soins de santé (728 €).

Rapportées à l’échelle d’un ménage, l’ensemble de ces dépenses représentent 35 764 €, les ménages flamands (36 895 €) dépensant plus que les ménages wallons (34 589 €) et bruxellois (33 356 €).

L’enquête sur le budget des ménages s’intéresse également à la possession de biens durables. Le nombre de ménages qui possèdent une télévision (95 %) est désormais dépassé par ceux qui possèdent un GSM (97 %). On constate que le nombre de ménages qui possèdent au moins une voiture s’élève à 81 %. Trois ménages belges sur quatre ont aussi un ordinateur portable (73 %) et la moitié une tablette (49 %).

© DR