Consommation

Nouvelles machines, nouvelles formes de capsules, nouvelles variétés, nouvelles longueurs de tasse. C'est le système Nespresso Vertuo. Et économiquement, c'est surtout vertueux pour... Nespresso.

Nespresso, créateur de la dosette de café et du concept de "café haut-de-gamme vite fait à la maison" vient de dévoiler de nouvelles machines, et, surtout, pour la première fois depuis 30 ans, une nouvelle forme de capsules de café. En parallèle du système actuel que tout le monde connaît, la marque suisse, souvent assimiliée à "l'Apple du café", capitalise sur son nouveau système : Vertuo, tout juste lancé en Belgique.

© NESPRESSO

Côté face : c'est vrai, on consomme énormément de cafés longs

Côté face, il y a une vraie réponse à une demande du consommateur, surtout lorsqu'il est localisé dans les pays d'Europe centrale et du Nord : le café, par nos contrées, se boit volontiers long. Or, Nespresso, depuis toujours, c'est le culte de l'espresso, du petit serré.

Pour répondre à cette demande des cafés Lungo, voire Mug, Nespresso déploie donc Vertuo. Le produit n'est pas tout neuf à l'échelle internationale : Amérique du Nord, Royaume-Uni, France, Australie, Corée du Sud et Allemagne en profitent déjà. Mais en Belgique, c'est en ce début septembre que Vertuo fait ses premiers pas. Le concept arrive bien armé : au-delà de la puissance marketing de la marque chère à George "Who Else ?" Clooney, deux machines (identiques dans leur prix, 199 € amputés des 70 € de remise offerts pour le lancement) et surtout 28 (!) variétés de cafés arrivent dans les fameuses dosettes en alu qui ont établi la réputation de la marque, parfois chahutée.

Le principe diffère toutefois un peu des capsules Nespresso que l'on connaît : elles de déclinent ici selon trois tailles différentes, sont de forme ronde (mais toujours en alu), et munies d'un code barre que les nouvelles machines Vertuo décryptent par l'entremise d'un lecteur optique (à l'instar de la machine Special-T de Nestlé, le Nespresso du thé). Autrement dit, il n'y a rien à faire : la capsule dose automatiquement la température et le niveau d'eau optimal dans la tasse, selon la variation de café insérée. 

Cinq tailles de tasse cohabitent : le classique espresso (40 ml), le Double Espresso (80 ml), le Gran Lungo (150 ml), le Mug (230 ml) et l'Alto (414 ml, pas loin d'un demi-litre de café). Ainsi, les capsules Alto, destinées aux cafés les plus longs, sont extraites avec une température d'eau plus élevée, afin que l'eau reste suffisament chaude pendant toute la durée de la dégustation (on "affonne" rarement 414 ml de café). Côté extraction, justement, Nespresso met en avant une nouvelle technologie sur laquelle elle planche depuis 10 ans : "Centrifusion", qui utilise la force centrifuge pour extirper les arômes. Ce procédé garantit, dixit Nespresso, une Crema "soyeuse et onctueuse".


Côté pile : des capsules plus chères et (évidemment) brevetées

© NESPRESSO

Côté pile, il y a surtout une volonté de Nespresso de nous refaire le coup d'il y a trente ans, c'est-à-dire enfermer ses clients (ses membres, comme le vante la marque) dans un groupe hermétique où ils ne peuvent acquérir que des capsules Nespresso. Cette stratégie a parfaitement tenu jusqu'en 2011-2012, avec le système classique. Jusqu'à ce qu'une faille dans les brevets soit dénichée par Jean-Paul Gaillard, ex-patron de Nespresso entre 1988 et 1997. Il fut le premier à commercialiser, avec sa propre société The Ethical Coffee Company, des capsules utilisables sur les machines Nespresso. Depuis, la concurrence s'est massivement engoufrée dans la brèche pour vendre, à tire-larigot, des capsules "compatibles" avec le système Nespresso. Moins chères, et plus facilement disponibles...

Vertuo est bien entendu, aussi, une réponse à cette évolution importante du marché. Parce que, vous vous en doutez, les nouvelles capsules Vertuo sont brevetées. Elles sont aussi plus chères que les capsules traditionnelles : quand un Ristretto standard se monnaye 0,39 €, l'équivalent Vertuo, nommé Diavolitto, réclame 0,45 €. Les capsules "Double Espresso" se vendent 0,50 €, les Gran Lungo 0,60 € et les Alto à... 0,70 € !

Pas sûr, donc, que l'opération financière soit avantageuse, tout amateur de cafés Nespresso soit-on...