Consommation

Le prix de la viande de porc a fortement augmenté ces dernières semaines pour atteindre son niveau le plus haut en près de deux ans. 

Si les éleveurs de porcs voient cette hausse d'un bon oeil, les acteurs de la filière situés en aval sont moins enthousiastes. Après avoir touché un creux pendant l'hiver, le prix de la viande de porc s'est redressé pour atteindre son niveau le plus élevé depuis 2017. Les prix oscillent autour d'1,3 euro le kg pour le porc vivant et 1,6 euro le kg pour le porc abattu. "De bons prix pour nos éleveurs", se réjouit-on au Boerenbond, le syndicat agricole flamand.

Les prix sont soutenues par la demande chinoise et d'Asie du sud-est, où la peste porcine africaine a entraîné des abattages nombreux.

Pour les éleveurs, ce redressement des prix est une bouffée d'oxygène après les conséquences négatives de l'arrivée en 2018 en province de Luxembourg d'une épidémie de peste porcine africaine sur des sangliers.

L'enthousiasme n'est toutefois pas le même du côté de la Febev, la Fédération belge de la viande, qui représente les abattoirs, les ateliers de découpe et les grossistes. "Ce n'est pas une bonne évolution. Cela met de la pression sur les marchés. Pour les transformateurs, c'est problématique car il est difficile de répercuter les prix sur le secteur de la distribution", explique l'administrateur délégué de la Febev, Michael Gore.

In fine, le consommateur risque également de devoir payer plus cher.