Une étude menée par une bureau de recherche indépendante pour le producteur d'emballages Tetra Pak fait état que 75% des consommateurs belges sont globalement très fidèles à leurs marques alimentaires préférées. Et pourtant, près de 60 % estiment que cette fidélité prime de moins en moins avec l'aspect de la durabilité des aliments et de leurs emballages.

Plus d'une moitié des répondants se disent en effet plus méfiants qu'auparavant envers les marques alimentaires ; 8 sur 10 souhaitent plus de transparence par des informations plus claires sur l'origine des denrées ainsi que plus de certitude sur le caractère soutenable du produit et de l'emballage. Cette évolution étonnante du comportement des consommateurs met la filière alimentaire face à des défis importants. Selon Tetra Pak, il faut y répondre par le biais de l'innovation et des investissements dans le "verdissement" de cette filière. "En matière d'emballages, c'est ce qui pousse Tetra Pak à investir massivement dans l'innovation. Celle-ci permet une connectivité encore inédite entre le consommateur et le produit alimentaire et apporte plus de transparence", indique le producteur.

Cette enquête a été menée en avril 2022 par un bureau d'études indépendant pour le compte de Tetra Pak auprès de 1500 Belges. L'échantillon a été choisi en fonction du régime linguistique, du sexe, de l'âge et du diplôme. La marge d'erreur maximale est de 2,43 %.

Le fait que 60 % des consommateurs privilégient de plus en plus le caractère écoresponsable des aliments au détriment de la fidélité aux marques est dû à une méfiance croissante envers la filière alimentaire à cause de son manque de transparence. "L'impact majeur sur la confiance des consommateurs dépendrait de la clarté des informations disponibles sur l'aliment et son emballage. S'il indique que le produit est bon pour la santé, cela suscite confiance à ce groupe de personnes", indique l'étude. 

Pour 4 consommateurs sur 10, la confiance dans le produit alimentaire dépend aussi des informations claires sur les agents conservateurs. Plus de 7 Belges sur 10 sont convaincus qu'ils peuvent faire des choix plus soutenables quand ils sont mieux informés.

"Plusieurs enquêtes antérieures menées pour le compte de Tetra Pak avaient déjà démontré que les gens veulent faire des choix de produits alimentaires plus soutenables. Mais à cet effet, ils ont besoin d'informations fiables sur les ingrédients et leur origine, la sécurité et la traçabilité. L'emballage joue aussi un rôle crucial comme support d'informations et garantie de sécurité du contenu. Pour renforcer la confiance dans la chaîne alimentaire, Tetra Pak est un pionnier dans le développement des emballages les plus écoresponsables et la collaboration avec l'industrie pour renforcer la transparence. Cette mission est incarnée par les investissements dans la recherche et l'innovation visant à développer les emballages durables de demain, garants d'une longue conservation, d'un taux de recyclage élevé, d'une baisse de gaspillage et d'une meilleure sécurité alimentaire", commente Frank Vandewal de Tetra Pak.

Le consommateur veut de la transparence

Les consommateurs exigent d'être toujours mieux informés sur les produits qu'ils comptent acheter. Plus de 8 Belges sur 10 s'attendent à ce que la clarté des informations prenne encore de l'importance à l'avenir. Les renseignements indiqués sur l'emballage sont la principale source d'informations pour 6 Belges sur 10. 

Des informations précises sur l'origine de l'aliment et la traçabilité sont deux autres critères décisifs pour respectivement 6 et 7 consommateurs belges sur 10, précédés par les renseignements nutritifs.

La qualité de l'emballage lui-même est un autre facteur influençant le choix du consommateur de façon déterminante. L'enquête menée par Tetra Pak fin 2021 a révélé que le consommateur belge considère le verre (64,4 %) et le carton alimentaire (46,1 %) comme les deux emballages les plus sûrs, avant les conserves (29,1 %), le plastique (21,8 %) et l'aluminium (21,4 %). 14,3 % déclarent qu'aucun type d'emballage n'est suffisamment sûr à leurs yeux.

Plus d'un consommateur sur trois a également plus confiance dans un produit alimentaire si son emballage est écoresponsable et recyclable. Ainsi, plus de 8 Belges sur 10 associent spontanément les cartons de boissons et d'aliments à une alimentation saine et écoresponsable.

Les Belges croient surtout en la force des technologies et de l'innovation pour préparer la filière alimentaire aux défis de transparence et de soutenabilité de demain. Ainsi, ils sont 7 sur 10 à estimer que les nouvelles technologies permettront de plus en plus une production alimentaire sans rejets de CO2 et une diminution drastique de la montagne de déchets. Ils sont pratiquement 8 sur 10 à croire que l'innovation permettra à l'avenir une meilleure conservation des aliments, et donc des gains en matière de sécurité et de durabilité.

L'emballage lie le consommateur aux produits

Répondre au besoin d'informations transparentes, pourtant toujours plus demandées par les consommateurs, n'est cependant pas si facile. La plupart des emballages sont relativement petits ; et plus d'une moitié des répondants préfèrent une étiquette simple, dépouillée et pas trop encombrée de texte. Alors, les marques doivent opter pour des emballages intelligents. Ainsi, près d'un Belge sur trois considère qu'un code QR conduisant vers des renseignements plus détaillés sur l'aliment et son emballage lui apporte une plus-value. Ils sont presque autant à penser de même d'une application électronique permettant de scanner le produit pour trouver des renseignements.

La numérisation élargit aussi le rôle traditionnel de l'emballage et ouvre tout un univers de potentialités : "Grâce à un code unique sur chaque emballage, celui-ci relie directement le produit aux consommateurs qui l'achètent. De tels codes QR renforcent l'implication du consommateur et lui apportent une information précieuse et une interaction. Cette totale traçabilité au niveau de chaque emballage individuel sera bientôt possible pour la toute première fois et créera une plus-value pour toute la filière alimentaire, depuis le producteur jusqu'à l'unité de recyclage, en passant par la chaîne logistique et le consommateur", conclut Frank Vandewal.