BRUXELLES Dans l’édition et l’imprimerie, l’ours est un petit pavé, un petit texte encadré, souvent placé au début d’un ouvrage.

Il reprend les noms et adresses de l’éditeur et de l’imprimeur, et le nom des collaborateurs ayant participé à la réalisation de l’imprimé.

Selon le jargon journalistique, il s’agit d’une cartouche, d’un petit pavé mettant en relief graphique un titre ou un appel, renfermant les informations pratiques dont la liste des collaborateurs.

Il est publié dans chaque édition.

Le terme serait à l’origine un surnom, un sobriquet donné à l’imprimeur, au patron d’une imprimerie au XIXsiècle.

Juridiquement responsable de ce qu’il publiait, le patron d’une imprimerie devait préciser son nom, son adresse…

L’ours désignait le compagnon pressier, en raison de ses supposés mouvements lourds pour encrer les formes, tandis que le typographe, qui levait les lettres et les disposait sur son composteur, était appelé singe.

© La Dernière Heure 2011.