Quand on aime, on ne compte pas. L’adage semble se confirmer si l’on se penche sur les dépenses des couples à l’occasion de la Saint-Valentin. Fête commerciale par excellence, elle n’en est pas moins une occasion que ne manquent pas de nombreux amoureux pour faire plaisir à l’être cher. Le Mastercard Love Index révèle que les dépenses des Belges ont quasiment triplé à l’occasion de la Saint-Valentin, en l’espace de dix ans.

Les Belges ne sont pas en reste. L’an dernier, ils ont dépensé 79,5 millions d’euros pour ses achats de Saint Valentin, contre 26,7 millions en 2011. Les grands classiques sont toujours au rendez-vous. Les fleurs totalisent près de 2 millions d’euros des dépenses (1 931 320 €). La somme totale des montants déboursés par les Belges pour l’achat d’un bijou à cette occasion avoisinait, elle, un total de 4 millions (3 934 056 €). Un signe que les Belges n’hésitent pas à mettre la main à leur portefeuille quand il s’agit de faire plaisir à l’être aimé…

Les achats en ligne poursuivent eux aussi sur leur lancée, avec un bond record de 907 % du nombre de transactions effectuées en ligne par les Belges pendant la période de la Saint-Valentin au cours des dernières années (contre 572 % au niveau mondial).

Près de la moitié (45 %) des interviewés déclarent qu’ils achèteront des cadeaux pour la Saint-Valentin en ligne et près de chez eux, un sur deux ayant exprimé l’intention d’acheter des bouquets et des cadeaux auprès de commerces de proximité. Parmi les utilisateurs achetant encore en magasin, la part des transactions sans contact a enregistré un bond massif de 128 % depuis 2019 en Belgique : un phénomène qui s’accentue d’année en année, mais pour lequel la Belgique est encore à la traîne par rapport à ses voisins européens.

"La tendance qui consiste à privilégier les expériences aux cadeaux traditionnels poursuit son expansion. Bien sûr, cette année n’a pas été comme les autres, mais nous continuons de voir les dépenses autour de la Saint-Valentin à un niveau jamais atteint, car les Belges se tournent vers les boutiques en ligne et les magasins locaux pour les cadeaux et les expériences à domicile", conclut Jonathan Romain, directeur marketing & communications Mastercard Belux.