Les soldes font partie d’un flot continuel de ristournes et de ventes couplées mais elles ont une spécificité : leur durée.

Entre Noël et Nouvel An, on a souvent envie d’aller faire un peu de lèche-vitrines. Mais mieux vaut ne pas craquer, puisque tout le monde le sait, les soldes arrivent ce vendredi 3 janvier ! Pourtant, au détour d’une vitrine, il n’est plus rare de voir affichées des ristournes attirantes ou des “ronds rouges” sur certains produits. Les retailers sont-ils dans leur bon droit ? “Nous sommes en ce moment en pleine période d’attente : il est interdit d’afficher des ristournes sauf si ce sont des ventes couplées, à partir de 2 produits”, détaille Christine Mattheuws, présidente du syndicat neutre pour indépendants. “Il faut aussi dire que les soldes proprement dites sont d’application uniquement sur les vêtements et les chaussures : on peut donc en ce moment bénéficier de ristournes sur les accessoires, les gadgets, les parfums, etc.

Ce fameux mois de janvier est donc très attendu mais moins qu’il y a 10 ans ou avant, quand les choses étaient bien plus simples : “A l’époque, il y avait beaucoup moins de braderies, de ventes couplées, d’eshops avec des prix attractifs tout au long de l’année. Il n’y avait pas de Black Friday non plus !”, souligne la présidente. Aujourd’hui, il y a entre 6 et 8 rendez-vous de ristourne sur une année au lieu des 2 rendez-vous de déstockage lancés par les grands magasins. “Mais cela dit, les soldes font encore recette. Déjà parce que certains ont repéré le manteau, les chaussures, le vêtement de leur rêve et attendent ce moment-là. Ensuite parce que beaucoup de gens n’achètent que deux fois par an, lors des soldes d’hiver et d’été”. Les soldes vont commencer à -30% et “c’est déjà un vrai effort pour les petits commerçants”, estime Mme Mattheuws

Les magasins physiques souffrent-ils des eshops à cette période ? La pression est très forte effectivement. “Les commerçants réagissent, on a une demande folle pour des informations concernant la mise en place d’eshops. Mais on voit aussi que les gros sites en ligne cherchent de plus en plus des lieux de vente”.

Attention aux mauvaises affaires

Il existerait aussi une technique douteuse des grandes chaînes, comme le dénonce le blogueur “BonneGueule”. Celles-ci maîtrisent en fait leurs stocks de manière très fine et n’ont donc presque pas de stocks de saison au moment des soldes. Pour jouer le jeu et attirer les clients, “elles produisent des lignes de qualité encore un peu inférieure à leurs habitudes, pour profiter à pleine balle de l’emballement des consommateurs au moment des soldes”. Ce sont des vêtements que l’on n’a pas l’impression d’avoir vu dans les royons auparavant mais le prix d’appel est irrésistible pour certaines personnes...