Test-Achats est au courant des pratiques de certains gérants de bars.

L’association de défense des consommateurs belges reconnaît ne pas être trop sollicitée pour de telles pratiques. L’association conseille néanmoins : "En cas de doute, il faut en avertir le patron. Si cela n’est pas possible, le SPF Économie pourra prendre le relais car ils sont compétents pour tout ce qui concerne les arnaques alimentaires", explique Test-Achats, qui rappelle la règle : "Si un produit doit être remplacé par un autre parce qu’il est en rupture de stock ou que la marque a changé, il faut le signaler aux clients."

Test-Achats est bien plus sollicité au regard de la situation dans les friteries et les snacks et déplore une pratique très courante. "Pour les boissons non alcoolisées, la fraude est bien plus répandue dans ces deux secteurs d’activité. Il suffit de commander, par exemple, 24 canettes d’une boisson untel chez un fournisseur. Vous les vendez normalement. À côté de cela, vous en achetez 24 de la même marque chez Makro, par exemple. De retour dans l’établissement, le gérant ne déclare que deux canettes vendues sur trois, jusqu’à avoir atteint les 24 canettes. Cet argent lui sert à acheter de nouveau 24 canettes. Le reste, c’est du black. Ce système est très présent dans le secteur des snacks et des friteries. Quasiment une boisson sur deux passe au black."