Si le coronavirus s’attaque à notre goût et à notre odorat, il ne peut rien contre l’humour. En cette période où la déprime guette et où notre esprit a bien besoin de vagabonder, rien de tel qu’un sourire pour se changer les idées. Si, en plus, le vin s’en mêle, le duo comique ne demande qu’à faire un carton.

Un vigneron bordelais Jean-Christophe Muro a volontairement choisi d’opter pour le second degré plutôt que de ressasser les difficultés du moment. Il n’a pas créé, au sens littéral du terme, un vin mais il a décidé de (re)nommer sa cuvée initiale en "Test Covid". Elle n’a pas pour objectif de se propager au-delà du second confinement, mais elle n’en demeure pas moins un moyen de se dérider.

Pour preuve, sur cette étiquette qui dénote, voici le texte : "Verse-toi un verre et sens-le. Si tu arrives à le sentir, goûte-le. Si tu arrives à le sentir et le goûter, tu n’as pas le Covid. Hier soir, j’ai fait le test plusieurs fois et c’était toujours négatif."

© D.R.

Pour le Covid certes, mais sans doute pas pour le taux d’alcoolémie. Néanmoins, cette manière d’aborder la situation en forme de clin d’œil plaît.

"Jean-Christophe Muro n’en est pas à sa première étiquette originale, relate la commerciale Vanessa Velghe, qui a trouvé un importateur belge Biobelvin à Spa pour cette cuvée éphémère. Pour sa première cuvée élaborée en 2016, il cherchait un nom et une étiquette pour son bordeaux d’entrée de gamme. Il a laissé faire ses… enfants. Cela a donné ‘Le vin qui claque sa mère’ (le vin qui déchire si vous préférez). 12 500 bouteilles ont été écoulées la première année et nous en sommes aujourd’hui à plus de 30 000. Nous l’exportons notamment au Canada où nous avons dû adapter l’expression. Il s’appelle là-bas le ‘Vin Tiguidou’."

Détrompez-vous : le vin estampillé "Test Covid" n’est pas une piquette que l’on maquille avec une étiquette rigolote pour faire passer le goût. La Chapelle Bérard, située à Saint-Quentin-de-Caplong (à 30 km de Saint-Émilion), produit plusieurs cuvées. Celle-ci, appelée initiale… à l’origine, est issue d’un assemblage avec 49 % de cabernet sauvignon, 30 % de merlot, 12 % de cabernet franc et 9 % de malbec.

"Le ‘Test Covid’, c’est le millésime 2016. Sa tonalité principale est la cerise, mais Jean-Christophe Muro a une religion : produire un bordeaux de qualité et de garde mais sans passage en barrique. Il veut redonner ses lettres de noblesse aux fruits dans cette région."

Prix du test à la fois le plus drôle et le moins efficace : 8 euros. Santé ! Même si le "Test Covid" doit forcément se consommer avec modération.