Les prix du diesel et de l'essence ne seront pas indexés en 2019, a-t-on appris vendredi de sources gouvernementales, à l'issue du conseil des ministres. Cette non-indexation des accises sur les carburants, qui représente un budget de quelque 90 millions d'euros, est l'une des revendications des "gilets jaunes", dont une délégation a été reçue mardi par le Premier ministre Charles Michel.

Une rencontre a également eu lieu au MR avec le président Olivier Chastel et une autre est prévue ce vendredi, confirmait-on au siège du parti à la suite d'une information de La Libre, sans faire d'autre commentaire.

Selon le gouvernement, l'effort consenti vise à ce que la Belgique se positionne dans la moyenne européenne en matière de taxation.

Le cdH se réjouit et appelle à une baisse de la TVA sur l'électricité et le mazout

Le cdH s'est réjoui vendredi de la décision prise par le gouvernement fédéral de geler l'indexation du carburant. Selon lui, il faut passer maintenant à une nouvelle étape, celle de la réduction à 6% de la TVA sur l'électricité et le mazout de chauffage. "Enfin une bonne première petite mesure, qui répond concrètement aux appels de nos concitoyens en termes de pouvoir d'achat et de bien-être", a souligné le président, Benoît Lutgen.

Le gouvernement précédent, auxquels participaient les socialistes, les centristes et les les libéraux, avait décidé de réduire la TVA sur l'électricité de 21% à 6% avant que le gouvernement actuel ne fasse repasser la taxe à 21% pour empêcher un dérapage budgétaire.

Les centristes estiment qu'il faut à nouveau diminuer la taxation indirecte des produits de chauffage. "Se chauffer, s'éclairer, ce sont des besoins primaires. Il faut les respecter", ont-ils souligné.