Consommation Elle implique un vendeur et un acheteur de bonne foi, et un escroc, qui va se jouer des deux à partir de PayPal. Prudence !

La DH l'écrivait pas plus tard que ce matin : l'achat et la vente de biens en seconde main, par le biais de sites Internet comme 2emain.be, leboncoin.fr (en France) ou eBay, sont deux phénomènes en plein boom. Pas moins de 4 Belges sur 10 ont déjà vendu de l'occasion sur Internet. Un procédé à la fois économique et écologique où les bonnes affaires ne sont pas rares. Il n'est toutefois pas sans risques. Nombreux sont les cyberescrocs qui rivalisent d'ingéniosité pour vous subtiliser vos colis (en tant que vendeur de bonne foi) ou vos sous (en tant qu'acheteur croyant faire une bonne affaire). Parmi celles-ci, l'une d'entre elles fait particulièrement rage en ce moment bien qu'elle ne soit pas toute neuve : l'arnaque triangulaire, sorte de mini-système de Ponzi.

Le modus operandi de l'escroquerie

Triangulaire parce qu'elle implique trois individus : un vendeur A (de bonne foi), un acheteur B (de bonne foi également) et un arnaqueur X, qui va se jouer des deux. Le principe ? L'arnaqueur met en vente un bien (qu'il ne détient pas) illustré au moyen de photos qu'il a trouvé sur la toile. Pour notre exemple, prenons un iPhone X en état impeccable annoncé à 400 €. Ce prix est généralement très intéressant (trop pour être réaliste, d'ailleurs) mais, surtout, il est exactement équivalent au prix du bien que le vendeur A propose à la vente, de son côté, au même moment. Pour notre exemple toujours, mettons que ce vendeur légitime mette en vente une PlayStation 4 Pro avec quatre jeux (400 € est, ici, un prix plausible, logique même selon le marché).

L'arnaque débute réellement lorsque l'acheteur B, alléché par le petit prix de l'iPhone prétendument détenu par notre arnaqueur X, prend contact avec ce dernier pour entamer la transaction. Au même moment, l'arnaqueur X feindra auprès du vendeur A son intérêt pour sa PS4. Comme bien souvent lorsqu'il s'agit de régler ce type de transactions, c'est l'adresse PayPal du vendeur qui sera demandée pour effectuer le règlement. Le vendeur de PS4 (A) transmet  donc son adresse PayPal à l'arnaqueur X. Notre escroc, de son côté, aura vite fait de dire à l'acheteur B de son prétendu iPhone qu'il peut régler le montant demandé sur son adresse Paypal. Et c'est là qu'il transmet l'adresse PayPal du vendeur de PS4 (A) à notre acheteur B ! Moralité ? Notre vendeur de console recevra bien ses sous et enverra le colis... à l'arnaqueur X, qui aura vite fait de convaincre A de livrer le colis à un point relais, plutôt qu'à l'adresse liée au compte Paypal à l'origine du payement... L'acheteur B, qui aura viré 400 € et n'aura jamais réceptionné son iPhone, va évidemment prendre contact avec celui qu'il pense être le vendeur de son iPhone et dont il a l'adresse mail (liée à PayPal). 

Le grand lésé de l'histoire : l'acheteur de bonne foi !

C'est, si vous suivez toujours, le vendeur de PS4, légitime, qui va recevoir le courriel. Et fournir la preuve d'envoi du colis envoyé... dans un point-relais - ce que n'a jamais demandé notre acheteur A. Là, le pot aux roses est découvert. Lésé, l'acheteur A va ouvrir un litige Paypal. L'organisme de payment online aura donc vite fait de demander au vendeur B (de la PS4, en fait), la preuve d'envoi du colis. Ce dernier la fournit. Bémol : le colis a été livré à une adresse différente que celle liée au compte Paypal. Ce qui n'est pas prévu dans les conditions d'utilisation de PayPal. Moralité : PayPal va rembourser l'acheteur B des 400 € envoyés. B ne perd donc rien (si ce n'est du temps) dans l'affaire. Au contraire de notre vendeur de PS4 (A), qui ne remettra jamais la main sur sa console ni sur les sous qu'il aurait pu en tirer. Notre arnaqueur X, lui, s'est vu livrer une PS4 Pro pour laquelle il n'a pas déboursé un euro...

Le YouTubeur de la chaine Virtual Devil, collectionneur de statues de collection, a récemment publié une vidéo explicative très claire sur ce type d'arnaque :


Moralité : soyez plus vigilant que jamais lorsque vous vendez ou achetez sur les sites de seconde main. Fuyez comme la peste les propositions de payement PayPal "entre amis" contre une ristourne si vous ne connaissez pas la personne et méfiez-vous des demandes soudaines de livraison à une adresse différente...