Depuis le début de la crise, certains secteurs ont plutôt ressenti ses effets positifs. C’est le cas notamment de toutes les entreprises de livraison et des grandes multinationales comme Amazon. Les volumes ont explosé, de même que la charge de travail et des revenus, donc.

Mais puisqu’une grande partie de ces colis provient de pays situés en dehors de l’Union européenne, l’Europe a décidé de durcir le ton. Fini donc les colis au même prix, qu’ils viennent de Chine ou du coin de la rue.

Bpost en a d’ailleurs informé ses clients par courrier. "Comme beaucoup d’entre nous, vous aussi vous avez effectué des achats sur des boutiques en ligne en dehors de l’Europe. Que ce soit pour trouver cette petite robe tendance, ce vinyle haut de gamme ou même cette housse de smartphone bon marché proposés sur des webshops chinois, américains ou britanniques ", entame bpost dans sa lettre avant d’entrer dans le vif du sujet. "Attention : l’Union européenne introduit de nouvelles règles de douane pour les achats en ligne effectués en dehors de l’UE, y compris au Royaume-Uni. Vous devrez payer la TVA et des frais d’importation sur tous les colis livrés en Belgique à partir du 1er juillet. Cette règle s’appliquera aussi aux colis commandés avant le 1er juillet et qui arrivent après cette date."

Heureusement (ou pas, selon le point de vue), cette nouvelle réglementation ne s’applique que pour les colis de moins de 22 euros. Et bpost de préciser : "Selon le webshop sur lequel vous passez commande, des frais d’importation vont seront peut-être aussi facturés. "