Consommation

Chaque année, environ la moitié (46 %) des fruits, légumes et racines produits dans le monde sont gaspillés. À leurs côtés, on jette aussi environ 30 % de céréales et 20 % des oléagineux, viandes et produits laitiers produits à travers le monde.

Les chiffres sont aberrants. Mais depuis quelques années, les applications qui luttent contre le gaspillage alimentaire fleurissent un peu partout. Il y a celles qui tentent de régler le problème dans notre frigo en nous aidant à cuisiner avec ce qui s’y trouve déjà (Frigo Magic). Et il y en a d’autres qui travaillent sur la gestion des dates de péremption comme Checkfood, qui vous envoie une alerte lorsque vos produits s’approchent de la date limite.

Et si malgré cela, vous n’êtes pas parvenu à tout consommer, vous pouvez aussi décider de faire don de votre surplus via l’application Too Much, qui met en contact les personnes d’un même quartier qui veulent donner leurs restes encore bons à manger et ceux qui sont à la recherche de nourriture gratuite.

Pour le consommateur, la meilleure manière de contrer le gaspillage est encore de n’acheter que ce qui est vraiment nécessaire. Mais les vendeurs ont aussi leur part de responsabilité dans le gaspillage alimentaire. Et pour éviter de jeter à la poubelle ce qui n’est plus vendable, d’autres applications rentrent en jeu. La plus connue : Too good to go .

600 000 Belges ont été convaincus par l’application Too Good To Go (littéralement "trop bon pour être jeté"). En brassant large, elle compte toutes sortes de partenaires : des grandes surfaces, des restaurants, des petits commerces, des hôtels, etc. Le principe est simple : une fois qu’on est inscrit, on peut voir quels sont les commerces situés près de chez nous qui auront des invendus à vendre à prix plancher. L’application détaille ce dont le commerçant se débarrasse et encourage les clients à apporter leurs propres contenants.

En général, les produits proposés ont atteint leur date limite de vente. Concernant le prix, chaque commerçant indique combien le client va économiser en achetant des produits bons à jeter. Le concept permet par exemple d’acheter pour 4 € un panier rempli de surprises à la grande surface du coin qui affichait pourtant une valeur de 17 €.

Le site internet Graapz fonctionne sensiblement de la même manière mais offre exclusivement un choix de fruits et légumes. Il offre la possibilité de s’abonner pour venir récupérer des invendus toutes les semaines (20 €/mois) ou bien choisir de récupérer un panier de temps en temps au prix de 6 €. Le tout, pour 3 kg de fruits et légumes par panier.

Novice sur le marché des invendus alimentaires, le site internet Happy Hour Market propose de récupérer des invendus dans plusieurs magasins et de les vendre à moitié prix à un point central à partir de 20 h chaque jour. Pour le moment ils se situent essentiellement à Ixelles mais ils devraient bientôt étendre leurs permanences à Saint-Gilles et Etterbeek. Dès 20 h, les produits du jour sont mis en ligne. Il vous suffit de choisir ce que vous voulez acheter (fruits, légumes, viande, etc.), payer votre panier et aller le chercher au point de collecte du jour.