Maison squattée en France: pourquoi c’est beaucoup plus difficile en Belgique

La loi belge mieux faite que la loi française pour déloger les squatteurs.

Van Hoof Thibaut
Maison squattée en France: pourquoi c’est beaucoup plus difficile en Belgique
Depuis quelques jours, une affaire fait grand bruit en France. Laurent et Élodie, un jeune couple, se sont retrouvés à la Une de l'actualité, via Le Parisien d'abord, avant d'être invités sur le plateau de Touche pas à mon Poste ou encore de faire l'objet d'un reportage au JT de TF1. Ils se présentaient comme les nouveaux propriétaires d'un bien où une famille de squatteurs est venue s'installer entre la visite avec l'agent immobilier et la signature de l'acte de vente. Or, un vide existe dans la loi française : au bout de 48 heures au même endroit sans procédure d'expulsion, les squatteurs ont le droit de rester sur place et ne peuvent être délogés qu'après une longue procédure juridique. Une affaire qui est remontée jusqu'au gouvernement, mais il s'avère que Laurent et Élodie ont menti devant les caméras et savaient très bien en achetant...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité