L'immobilier toujours plus cher en Belgique mais une tendance se dégage: “Nous n’avions plus observé cela depuis longtemps”

Par rapport à 2021, le prix d’une maison a augmenté de 6,3 %. Mais ça semble stagner. Le baromètre des notaires décortiqué.

Van Hoof Thibaut
L'immobilier toujours plus cher en Belgique mais une tendance se dégage: “Nous n’avions plus observé cela depuis longtemps”
©Shutterstock

Depuis la sortie du premier confinement, il y a deux ans déjà, le marché de l'immobilier a connu une flambée des prix et un rush sur les maisons avec jardin situées à l'écart des grandes villes, mais pas trop tout de même. C'est, par exemple, à cause de cela que les prix ont explosé dans le Brabant wallon et le Brabant flamand, avec l'arrivée des Bruxellois fuyant la capitale. Mais la folie semble tout doucement se calmer, même si on ne parle pas d'une baisse des prix, du moins dans l'immédiat. Ce jeudi, la Fédération du notariat sort son baromètre immobilier pour le premier semestre 2022. Première information, l'activité immobilière a tendance à diminuer. "Au premier semestre 2022, on constate une diminution des transactions immobilières en Belgique (-1,8 %) par rapport à la même période en 2021. Ce résultat s'explique par les reculs importants des mois d'avril (-6,8 %) et juin (-12,7 %). En revanche, il y a eu une augmentation de 3,1 % en mai. Sur le semestre, la Wallonie a connu le recul le plus important (-2,5 %), suivie de la Flandre (-1,5 %) et de Bruxelles (-0,3 %)", apprend-on. Et le notaire Renaud Grégoire, porte-parole de Notaire.be, d'ajouter. "Le recul de l'activité est limité, mais nous n'avions plus observé ça depuis longtemps dans les trois régions, à l'exception du premier confinement après mars 2020. Ce recul n'est pas illogique ! Les taux d'intérêt augmentent et les prix de l'énergie flambent. À cela, s'ajoutent les incertitudes quant à l'évolution de notre économie au cours des prochains mois."

Et si l'activité diminue, on peut se poser la question des prix. Si on parle d'une augmentation de 6,3 % par rapport à 2021 pour atteindre un prix moyen de 314 666 euros en Belgique, les chiffres semblent prendre une direction différente si on compare le premier et le second trimestres de 2022. "En tenant compte de l'inflation qui était de 7,7 %, nous constatons que le prix moyen a reculé en termes réels. Autre fait intéressant : au premier trimestre 2021, il fallait débourser 316.001 euros pour une maison, alors que ce prix était légèrement inférieur (312 719 euros) au 2e trimestre", explique Me Grégoire.

Évidemment, la vérité d'une région n'est pas celle des deux autres. "Au premier semestre, les acheteurs ont déboursé en moyenne 228 383 euros pour une maison en Wallonie, soit une hausse de 2,5 % par rapport à la moyenne annuelle de 2021. Sur la même période de comparaison, le prix moyen d'une maison atteignait 341 635 euros en Flandre (+6,1 %) et 565 866 euros à Bruxelles (+4,9 %)", détaille le baromètre des notaires.

Enfin, la situation actuelle et la montée des taux d'intérêt poussent les jeunes à investir. "Il faut noter deux évolutions intéressantes entre 2021 et 2022. La tranche d'âge inférieure ou égale à 30 ans a progressé de 27,9 % à 29,8 %. Inversement, la tranche d'âge 51-65 ans a diminué de 16,7 % à 15 %. Ces derniers mois, les jeunes acheteurs ont été plus actifs sur le marché immobilier en raison des hausses de taux d'intérêt annoncées. Et la tendance se poursuit", conclut Renaud Grégoire.

Des jeunes qui ne sont pas présents partout, puisqu’ils ne représentent que 16,7 % des acheteurs en Brabant wallon, contre 34,7 % en Flandre orientale.

L'immobilier toujours plus cher en Belgique mais une tendance se dégage: “Nous n’avions plus observé cela depuis longtemps”
©D.R.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be