Immobilier

Vous devez (rem)placer votre chaudière ? Suivez ces 5 étapes pour limiter vos dépenses en matière d’énergie et assurer confort et sécurité dans votre logis.

Une chaudière correctement installée, propre et bien réglée consomme beaucoup moins d’énergie qu’une installation négligée. Sa durée de vie est aussi beaucoup plus longue. Pour aider les ménages à profiter d’installations de chauffage efficaces et sûres, Bruxelles-Environnement a mis quelques outils à disposition des Bruxellois. Voici cinq étapes à suivre pour faire du bien à votre portefeuille !

1. Choisir la bonne chaudière

Si votre chaudière ne répond plus aux exigences de la réglementation chauffage PEB, son remplacement par une chaudière assurant un meilleur rendement (classe énergétique A) vous permettra de faire des économies. Pour faire le bon choix de chaudière et évaluer la puissance nécessaire, il faut :

· évaluer la situation de votre logement (maison mitoyenne ou 4 façades, appartement…) ;

· examiner les volumes à chauffer.

Pour vous guider, il est nécessaire de faire appel à un professionnel agréé (architecte, ingénieur, conseiller chauffage PEB) pour réaliser un bilan thermique. Sur base des besoins réels, vous pourrez choisir la puissance dont vous avez besoin.

2. Prévoir un thermostat

La pose d’un thermostat et de vannes thermostatiques est un petit investissement obligatoire qui vous permettra de faire de grandes économies d’énergie :

· Le thermostat programme les périodes de chauffe et la température, évalue et régule en permanence le besoin de chauffage à fournir.

Les vannes thermostatiques, posées sur les radiateurs, régulent les besoins pièce par pièce.

3. Faire réaliser une réception PEB de l’installation

Lors du placement de la chaudière, la réglementation chauffage PEB prévoit la réception PEB de vos installations de chauffage.

Cette obligation a pour but de vérifier la bonne installation de votre chaudière (régulation, isolation des conduits, ventilation du local de chauffe, qualité de la combustion et des gaz émis, tirage de la cheminée…). Elle garantit un rendement optimal (et dès lors une économie) ainsi que la sécurité de votre habitation.

La réception PEB doit être réalisée par un professionnel agréé par Bruxelles-Environnement (un conseiller chauffage PEB). Elle peut être assurée par votre installateur s’il possède cet agrément PEB, qui garantit le volet énergétique de l’installation.

Pour introduire une demande de prime, vous devez également disposer d’une attestation de contrôle émanant d’un professionnel labellisé CERGA. Il est donc préférable de veiller, dès le départ, à ce que votre installateur soit labellisé CERGA et agréé PEB, pour qu’il puisse vérifier à la fois le volet énergétique et de sécurité.

4. Introduire une demande de prime C1

Une fois l’installation vérifiée par un professionnel, vous recevez une attestation de réception PEB grâce à laquelle vous pouvez introduire une demande de Prime Chauffage C1. Tout le monde y a droit, quel que soit le type de revenus. Bonne nouvelle : depuis le 1er janvier 2019, cette aide a augmenté, avec une prime de 700 à 1200 euros pour des chaudières allant jusqu’à 40kw. Trouvez ici le formulaire de demande de prime.

5. Faire contrôler la chaudière tous les deux ans

La réglementation chauffage PEB impose un contrôle périodique PEB des chaudières et chauffe-eau tous les deux ans (tous les ans pour le Mazout). Plus qu’un simple entretien, ce contrôle assure le fonctionnement, la sécurité et le rendement efficace de vos installations à long terme. Il doit être fait par un professionnel agréé par Bruxelles-Environnement. La nouvelle Prime C8 - Contrôle périodique PEB vous aide à remplir cette obligation.

Plus d’infos : surfez sur la page Réglementation chauffage PEB de Bruxelles Environnement .