La chaudière à condensation est un must. Elle vous permet d’économiser 20 à 30 % sur votre consommation

BRUXELLES En se rendant à Batibouw, beaucoup de visiteurs envisageant de changer de chaudière espèrent une solution. “Il n’existe cependant pas une seule et unique solution , explique Laurent Vercruysse, directeur technique chez Viessmann. Les solutions sont multiples et varient en fonction des budgets, des besoins et des attentes.”

Et les besoins évoluent, notamment en raison d’une isolation de plus en plus importante des bâtiments. “Les besoins en chauffage diminuent, ce qui réduit la taille des chaudières. Mais comme on désire davantage de confort, en particulier dans la salle de bains, les besoins en eau chaude augmentent.”

Avant de vous décider sur le modèle de chaudière qui équipera votre logement, il vous faut donc prendre en considération trois variables : la chaleur, l’eau chaude et le budget. “Et si la demande de chauffage est moins importante, surtout dans les maisons passives, un besoin d’air froid peut être requis pour compenser la surchauffe en été. Il est donc très complexe de prôner une solution plutôt qu’une autre car chaque cas est spécifique.”

Au final, d’autres critères permettent encore d’affiner la recherche, comme la place disponible, le bruit (intérieur et extérieur), la facilité d’installation ou encore l’esthétique (tout le monde n’aime pas les panneaux solaires).

Enfin, que l’on soit propriétaire occupant ou propriétaire loueur, on ne réagit pas de la même façon. “Si un propriétaire veut mettre son bien en location, il aura tendance à opter pour un modèle plus économique à l’achat, sachant que ce n’est pas lui qui supportera la facture énergétique. Mais ce n’est pas toujours un bon calcul. Car, à la revente, une maison dotée d’une bonne installation aura sans conteste une plus-value.”

Plus que tout, ce sont les chiffres qui parlent et finissent de décider le client. “L’inflation sur le prix du mazout, de l’ordre de 8,4 % par an, est une réalité. Et cela n’est pas prêt de s’arrêter. Ainsi, si votre facture s’élève à 2.550 € par an aujourd’hui, elle sera de 8.550 € dans 15 ans. Si l’on table sur une inflation moyenne de 4 %, elle atteindra 4.600 € dans 15 ans. Un investissement de 4.500 € dans une chaudière qui vous permet d’économiser 20 à 30 % sur votre consommation est ainsi très vite rentabilisé.”



© La Dernière Heure 2012