66 514 particuliers et 96 826 entreprises ont demandé un report de remboursement de leur crédit.

Le nombre de particuliers et d’entreprises impactés par la crise du coronavirus ayant demandé un report du remboursement de leur crédit hypothécaire a doublé en deux semaines, passant de 86 000 à 162 000, selon les derniers chiffres de Febelfin.

Comment interpréter ceux-ci ? Toute demande traduit bien entendu des difficultés financières importantes. À ce jour, 66 514 particuliers ont effectué une telle démarche de report, pour une moyenne de 104 000 euros par crédit.

Le nombre de dossiers est élevé, mais à relativiser. Ce sont 66 000 demandes par rapport à plus de 3 millions de crédits hypothécaires. Cela représente 6,9 milliards de crédits, à comparer avec un portefeuille global de 251 milliards pour l’ensemble du marché.

Le but de cette possibilité de report est d’éviter de plus gros soucis aux ménages sur la tangente financièrement, qui pourraient par conséquent devoir stopper le remboursement. Le crédit devient alors "défaillant". Le risque de descente aux enfers n’est jamais loin. Fin mars, il y avait 30 000 crédits hypothécaires défaillants, pour un montant moyen de 37 000 euros.

Quant aux entreprises, elles ont été 96 826 à avoir demandé un report, pour un montant moyen de 142 000 euros, et ce, pour un total d’encours de 13,8 milliards d’euros, à comparer cette fois avec un montant global de quelque 150 milliards de crédits accordés aux entreprises. C’est donc près de 10 % de l’encours total qui est sous perfusion. Ces demandes émanent dans trois quarts des cas de PME ou de travailleurs indépendants.