Trois associations professionnelles, la CIB Vlaanderen, la CIB Belgique et la Fédération des professions libérales et intellectuelles (FVIB) ont introduit une requête en reconnaissance du titre professionnel d'expert immobilier, peut-on lire mercredi dans le quotidien l'Echo. 

A l'heure actuelle, n'importe qui peut se dire expert immobilier et exercer ce métier. Avec une limite toutefois, "dès qu'elle intervient sur le marché immobilier, cette personne va buter sur le fait que certaines opérations ne peuvent être effectuées que par un professionnel inscrit au tableau de l'Institut des professionnels de l'immobilier", indique Frédéric Jacquet, directeur de cabinet de la ministre des Indépendants, Sabine Laruelle. 

Cette limite n'empêche cependant pas des experts qui ne sont pas inscrits au tableau d'intervenir dans de nombreux dossiers : états des lieux, évaluations, prêts hypothécaires. Le consommateur n'a donc pas la garantie que l'expert auquel il fait appel ou avec lequel il est contraint de travailler dispose des compétences et de l'indépendance nécessaires pour exercer ce métier.

Dans leur requête, les associations professionnelles demandent que le titre d'expert immobilier ne puisse plus être porté que par un professionnel reconnu et que ce métier ne puisse plus être pratiqué que par des techniciens présentant toutes les garanties de compétences que l'on est en droit d'attendre d'eux.

Une première concertation a eu lieu avec le cabinet de la ministre Laruelle, mais plusieurs années devraient être nécessaires à la mise en place d'une réglementation de la profession, conclut l'Echo.