Il faut un logement équipé et sécurisé en cas de légère perte d’autonomie


BRUXELLES Dans son dernier avis, le Conseil supérieur du logement se réjouit de la mise en œuvre en Wallonie du concept de résidences-services sociales, à savoir des bâtiments composés de logements particuliers destinés aux personnes âgées d’au moins 60 ans se trouvant en situation précaire et étant, entre autres, d’anciens locataires d’un logement social.

Et le transfert non obligatoire de ces derniers vers la résidence-services sociale devrait permettre la libération de logements adaptés aux familles.

“Si de tels projets sont encourageants pour mener une vie indépendante”, un budget qui ne permet que la création d’une cinquantaine de logements par an est insuffisant aux yeux du Conseil. De plus, des règles doivent être établies en ce qui concerne notamment leur attribution et le calcul du prix mensuel d’hébergement.

Les règles d’attribution devraient être calquées sur celles en vigueur dans le logement social, bien qu’une latitude semble autorisée.

En outre, il est prévu à ce stade un prix mensuel d’hébergement de 350 €, services obligatoires inclus.

Mais le Conseil relève que la détermination d’un montant fixe va à l’encontre des règles de fixation du loyer des logements sociaux.

De fait, “pour les personnes ne disposant en principe d’aucun revenu professionnel, d’autres critères doivent être retenus pour calculer le prix d’hébergement”.

P. V.

© La Dernière Heure 2012