Baisse du prix des maisons et hausse de celui des appartements début 2015.

Nul ne s’en étonnera vraiment : les taux historiquement bas des crédits immobiliers donnent des ailes à de nombreux candidats acheteurs.

L’activité immobilière a à nouveau été nourrie lors du premier trimestre de l’année, qui enregistre une hausse de 6,7 % par rapport à la même période de 2014, selon le dernier baromètre des notaires.

Ce n’est pas une surprise : le mois de février avait déjà été bon, avec même une croissance de 10,2 % des transactions en Région wallonne.

Par rapport à la fin de l’année dernière, l’activité s’est toutefois légèrement repliée, de l’ordre de 2,9 %.

Là encore, ce n’est pas vraiment une surprise : le marché immobilier avait en effet chauffé au cours des derniers mois de l’année, notamment en raison d’une modification de la politique fiscale en Flandre.

Du coup, de nombreux acheteurs avaient fait le forcing pour acheter leur nouveau bien avant le 31 décembre afin de bénéficier d’un bonus logement plus favorable sur le plan fiscal.

Résumer la hausse de l’activité à la surchauffe du marché du nord du pays serait toutefois réducteur : "L’enthousiasme du 4e trimestre 2014 n’était pas uniquement imputable à la révision de la politique fiscale en Flandre", souligne la Fédération royale du notariat belge. "Les transactions immobilières sont plus que jamais encouragées par des taux d’intérêt hypothécaire qui tendent toujours à baisser."

Depuis la fin de l’année dernière, les taux réellement octroyés aux acheteurs ont baissé, selon la formule, de 0,30 à 0,40 % (DH du 3 avril).

Quant au prix moyen des maisons, il a poursuivi sa légère glissade. Il s’est inscrit à 232.538 euros au premier trimestre 2015, contre 234.686 euros fin 2014, soit une baisse de 0,9 % (- 7,4 % à Bruxelles). Le prix moyen des maisons avait déjà baissé de 1,1 % au 4e trimestre 2014.

Sur un an, l’évolution est différente. Le prix moyen des maisons d’habitation augmente cette fois de 0,3 % pour la Belgique - soit une stagnation vu le taux d’inflation de 0,34 %. Les différentes Régions ne sont pas égales face à ce mouvement : les prix ont augmenté de 2,4 % en Flandre et de 2,9 % en Wallonie, alors qu’ils chutaient de 3,5 % à Bruxelles. C’est dans le Hainaut que la hausse est la plus spectaculaire (+ 7,2 %).

Bruxelles se démarque pour les appartements, dont le prix a grimpé de 4,7 % au premier trimestre par rapport à fin 2014, pour un prix moyen de 224.128 euros. La tendance nationale est cette fois en hausse de 1,3 %, malgré une baisse de 3 % en Wallonie (prix moyen de 152.342 euros).

La comparaison avec le 1er trimestre 2014 donne une évolution positive de 0,3 % pour la Belgique (analogue, donc, au taux d’inflation), avec une hausse de 1 % en Flandre et de 1,5 % à Bruxelles, tandis que le prix moyen en Wallonie diminue de 2 %.

© DH