"Vend sans affiche" ? Ne peut surtout plus vendre, because malversations et détournements, a tranché l'IPI.

"Oliver Rossato, vend sans affiche". Le slogan, dans le giron immobilier (et médiatique, tant les agences Rossato occupaient ce terrain avec ferveur), est connu. On risque de moins l'entendre, d'après nos confrères de Trends-Tendances.

Olivier Rossato vient, en effet, d'être radié de l'IPI, l'Institut Professionnel des Agents Immobiliers de Belgique. La cause ? Des tarabiscotages financiers de diverses ampleurs, avec, notamment, la rétention de fonds de tiers lésés. Exemples en vrac : il y a, déjà, L'oubli du versement d'une commission à un collaborateur (pour un montant de 9400 €). Mais, également, la vente d'un bien pour une valeur de 270.000 € "net en main" pour le vendeur, qui ne perçut finalement que 255.000 € (après déduction des 15.000 € d'honoraires de vente stipulés dans le mandat), alors que le bien aurait dû être annoncé à la vente pour 285.000 €, afin que l'agence Rossato récupère ses 15.000 € d'honoraires, et que le vendeur du bien reçoive les 270.000 € promis. Pour ce bien toujours, l'agence Rossato n'a jamais remis de rapport d’activités entre le 27/11/2009 et le 09/02/2010 au vendeur, période à laquelle le bien a toutefois été vendu, à l'insu du vendeur.

Par ailleurs, l'acheteur a dû s'acquitter d'une garantie de 28.500 €, sans reçu et sans signature d'un compromis de vente, et ce alors que la mise en vente du bien était suspendue pour cause d’une hypothèque du fisc sur le bien… Ce montant de 28.500 €, qui n'aurait jamais dû être légalement demandé, ne sera remboursé, après procédure judiciaire, sanctions, et moults rappels à l'ordre, que… trois ans et demi plus tard.

Pour "avoir ainsi manqué à ses devoirs de probité, loyauté, confraternité, dignité et délicatesse et avoir violé les articles 1, 3, 4, 17, 28, 29, 44, 49, 50 et 65 du Code de déontologie", "tenant compte de la "gravité des faits et du passif disciplinaire" de Monsieur Rossato, l'IPI a statué, ce 10 septembre : l'agent, actif tant à Bruxelles qu'en Wallonie, est radié.

Les conséquences d'une radiation de l'IPI sont claires : Olivier Rossato ne peut plus excercer en qualité d'agent immobilier indépendant, en Belgique.

Contacté par nos soins, Olivier Rossato n'était pas en mesure de réagir à cette décision, pour le moment.

Joint par nos soins, Olivier Rossato, excédé, a tenu à se défendre. “C’est une cabale !, scande-t-il. Il est de notoriété publique que l’IPI veut ma peau depuis des années. Carolo, d’origine italienne, fort présent avec des campagnes de pub dans lesquelles j’investis beaucoup, je dérange. Cette radiation, je savais qu’elle aurait lieu. Moi et mon avocat sommes scandalisés. Nous allons tout faire pour annuler cette décision, via le recours approprié."

Pour sa défense, l’homme explique que “les faits qui me sont reprochés concernent des collaborateurs. Jamais moi-même. Sur une cinquantaine de collaborateurs, en une carrière, oui, il peut y avoir des problèmes... Je tiens tous mes dossiers disponibles, en toute transparence. De plus, cette radiation ne repose sur absolument aucun élément juridique. Elle est uniquement fondée sur des entorses déontologiques. Elle ne m’empêche, dans les faits, pas d’exercer mon métier - je peux toujours travailler en tant qu'employé : bien que je sois suspendu depuis deux ans, j’ai d'ailleurs signé un compromis ce matin même -, mais ternit mon image et mon travail. Je ne me laisserai pas faire...”