Immobilier On n’y vient pas pour flâner, mais pour concrétiser un projet. Entre écologie et confort, le Belge a choisi...

Après deux journées réservées aux professionnels, Batibouw ouvre ses portes au grand public ce samedi. Un grand cru est d’ores et déjà annoncé, festif de surcroît, puisque le salon de la construction et de la rénovation souffle cette années ses 60 bougies. Il s’offre aussi un nouveau directeur, en la personne de Frédéric François, loin d’être novice dans le métier puisqu’il en a été le porte-parole durant de nombreuses années.

Le succès de Batibouw ne se dément jamais d’année en année. Quelle est la recette ?

"C’est un salon particulier. On n’y vient pas parce qu’on ne sait pas quoi faire le week-end, mais toujours avec un problème à résoudre ou un projet à réaliser. Avec quelque 285 000 visiteurs attendus, on peut le réaffirmer : le Belge a toujours une brique dans le ventre. Elle devient cependant plus verte, plus petite et plus intelligente."

Qu’entendez-vous par maison intelligente ?

"C’est un des thèmes du salon car il répond à une demande. L’Internet des objets rentre un peu plus dans l’habitat, que ce soit la cuisine, la salle de bains, le chauffage... On trouve de plus en plus d’objets connectés dans toutes les pièces. C’est un équipement auquel tout candidat bâtisseur songe. Le temps où l’on parlait de domotique, aux applications limitées et onéreuses est bel et bien révolu."

L’écologie, l’environnement, le climat : c’est aussi une tendance de la vie de tous les jours. Est-ce une préoccupation pour ceux qui veulent bâtir ou rénover ?

"On voit que les visiteurs du salon ont cette préoccupation en tête. Ils se renseignent pour savoir ce qui est possible et s’ils peuvent faire quelque chose, ils le font. Mais au moment des choix, lorsqu’il s’agit de respecter son budget, c’est toujours le confort qui l’emporte."

La mobilité peut aussi influer sur les projets et inciter à acheter plus près de son lieu de travail, quitte à faire des sacrifices ?

"On note en effet de plus en plus un retour à la ville. Cette année, pour la première fois depuis longtemps, on note qu’il y a eu beaucoup moins de demandes de permis de bâtir de la part des particuliers alors que la demande globale est en augmentation. Cela signifie que les promoteurs ont pris la main et que l’on se dirige alors vers un appartement en ville ou une rénovation. Batibouw sera dès lors très marqué par les solutions qu’on peut offrir en matière de rénovation."

Autre thématique à l’honneur, le climat intérieur. C’est aussi relativement nouveau...

"Oui, car si on parle souvent du climat à l’extérieur, de la pollution de l’air, on en oublie que, dans nos maisons, l’air est parfois tout aussi pollué, si pas plus. On peut cependant y remédier, notamment via des systèmes de ventilation plus performants, que ce soit pour une nouvelle construction ou lors d’un projet de rénovation. Il existe même des systèmes intelligents, dotés de capteurs qui analysent l’air et qui vont ventiler les pièces automatiquement en cas de besoin."

Ce qui n’est pas neuf, en revanche, c’est l’importance de la cuisine, devenue pièce de vie à part entière. Est-ce l’un des principaux motifs de visite au salon ?

"Tout comme la salle de bains. Ce sont les deux espaces qui accueillent le plus de visiteurs durant le salon. Les innovations sont nombreuses et on observe aussi des adaptations pour se conformer à la taille plus petite des habitats. Un exposant propose d’ailleurs des colonnes plus étroites que les 60 cm standards. Il a donc dû se tourner vers les fabricants d’électroménagers pour qu’ils adaptent aussi les appareils à ces nouvelles mesures. Car si la concession peut se faire sur la superficie, le consommateur veut toujours le même confort, les mêmes équipements."