Envie de voir la construction du nouveau RTBF Media Square, à Bruxelles ? La rénovation complète de l’ancienne Royale Belge (AXA Belgium) ? La restauration du Monument Mémorial du Mardasson, à Bastogne ? Ou encore le projet « Novia », symbole du renouveau du centre-ville namurois ?

Grâce à la Confédération Construction, tous ces chantiers vous ouvriront leurs portes en ce troisième dimanche du mois de mai. Au total, pas moins de cent projets seront accessibles : logements, maisons de soins et de repos, bureaux, infrastructures ou encore projets de rénovation, restauration et reconversion.

Campagne d’image annuelle

Evénement phare de l’organisation sectorielle, la Journée Chantiers Ouverts est la vitrine idéale pour découvrir les prouesses que peut réaliser le secteur de la construction. Dans une société où se mêlent de plus en plus les enjeux énergétiques, climatiques et environnementaux. Ces enjeux, les entrepreneurs doivent bien évidemment en tenir compte dans la réalisation de leurs projets. Et ils pourront le prouver aux visiteurs, le 15 mai prochain. « La Journée Chantiers Ouverts est notre campagne d’image annuelle au cours de laquelle nous voulons démontrer l’importance de notre secteur face aux nombreux défis sociétaux actuels », souligne Niko Demeester, le CEO de la Confédération Construction.

Face notamment à la hausse des prix de l’énergie, la construction doit faire preuve de créativité et proposer des solutions alternatives. « Il est grand temps de devenir indépendant sur le plan énergétique ! Nous devons travailler avec des sources d’énergie naturelles, comme les énergies solaire et éolienne, mais aussi utiliser des pompes à chaleur et, plus largement, des réseaux de chaleur. La Journée Chantiers Ouverts mettra en lumière cette préoccupation », souligne Niko Demeester. « De plus, la rénovation énergétique deviendra un fer de lance de notre secteur, mais aussi notre planche de salut. En effet, nous devons atteindre les objectifs de Fit for 55 d’ici 2030 et ceux du Green Deal d’ici 2050, à savoir vivre dans une société circulaire et sans CO2. Par conséquent, même si les perspectives du secteur sont aujourd’hui difficiles en raison de cette hausse des prix et de l’allongement des délais de livraison, elles demeurent positives. Il y aura beaucoup de travail dans les années à venir. »

Enquête iVox

Une récente enquête d’iVox auprès de 2.000 Belges, commandée par la Confédération, montre que nos compatriotes ont toujours « une brique dans le ventre » et souhaitent rénover leurs biens. En effet, 17 % ont des projets de construction, 19 % des projets d’achat et 28 % des projets de rénovation. « Cet événement va aussi mettre en vitrine la construction des nouveaux logements d’aujourd’hui ; les maisons passives, peu énergivores… ; mais aussi des projets de rénovation. En visitant ces chantiers, le Belge pourra ainsi trouver de l’inspiration et réfléchir à ce qui lui plaît comme futur projet de logement ».

Le prix médian en Belgique pour une maison en construction fermée ou semi-fermée était de 235.000 € pour l’ensemble de l’année 2021. Le prix d’une maison dans un lotissement ouvert est passé à 337.000 €, en moyenne. Le prix des appartements était de 219.000 €. Par rapport à 2020, les prix médians des maisons en construction fermée ou semi-fermée ont fortement augmenté (+8,3 %). Pour les maisons situées dans des zones ouvertes, la hausse des prix a été de 7 %. L’augmentation des prix des appartements a été aussi forte que l’année précédente, avec une hausse de 7,4 % selon les chiffres de Statbel.

Cette année, les prix des maisons et des appartements devraient augmenter moins fortement (+ 4 %), selon les prévisions de certaines grandes banques. « L’accessibilité financière des logements doit rester une préoccupation permanente et nous y veillons constamment à la Confédération », souligne encore Niko Demeester.

Attirer des talents

Outre montrer le savoir-faire du secteur, qui mise sur une digitalisation sans cesse croissante de ses métiers, et inspirer le Belge dans ses projets de construction ou de rénovation, la Journée Chantiers Ouverts poursuit un autre objectif : attirer de futurs travailleurs vers la construction. Il s’agit donc aussi d’une opération séduction.

En effet, les entreprises manquent de bras et peinent à trouver du personnel qualifié depuis des années. « La pénurie de main-d’œuvre est telle que nous accueillons tout le monde dans la construction et ce dans tous nos métiers. Nos entreprises s’engagent à former les nouveaux arrivants pour en faire de vrais professionnels avec un job stable, durable, plein de sens, tourné vers l’avenir et bien rémunéré », indique Niko Demeester. « Les partenaires sociaux viennent de lancer la campagne « Nous Construisons Demain ». Nous multiplions les initiatives, en collaboration avec nos confédérations régionales et tous les partenaires sectoriels, car la pénurie est présente à tous les niveaux. Et la Journée Chantiers Ouverts doit aussi servir à attirer jeunes ou moins jeunes vers notre secteur. », conclut le CEO de la Confédération.