Il faut bien définir son budget et s’enquérir des possibilités d’obtenir un emprunt hypothécaire

BRUXELLES Dans le cadre d’une vente publique d’un immeuble (maison, appartement…), vente aux enchères ouverte à tout le monde, pour un prêt, il n’y a pas de clause suspensive possible.

En fait, le cahier des charges, ce dossier gratuit, est essentiel car il permet au candidat acquéreur de se renseigner entièrement et précisément des caractéristiques du bien, ainsi que des différents frais annexes au prix d’achat.

CELA DOIT LUI PERMETTREaussi de définir son budget avec précision et de s’enquérir des possibilités, pour lui, d’obtenir un emprunt hypothécaire.

En matière de vente publique, bien peu d’amateurs se rendent chez le notaire chargé de la vente pour prendre connaissance du cahier des charges qui est pourtant à leur disposition en son étude.

Attention, à l’inverse de la vente de gré à gré, il est impossible d’acheter un immeuble en vente publique sous la condition suspensive d’octroi d’un financement d’un organisme bancaire…

En effet, il est impossible de stipuler une quelconque clause suspensive.

Dès lors, il est important de demander à sa banque ou à un expert quelle marge financière on possède.

<>À NOTER AUSSI QUEdans le cadre de cette vente, le notaire peut demander au candidat acheteur, avant l’adjudication finale, qu’il prouve qu’il a les moyens, qu’il a les réelles possibilités de faire face à ses engagements, par exemple, en produisant une attestation de l’organisme financier prêteur certifiant l’octroi d’un emprunt hypothécaire.

De même, le notaire peut exiger des offrants qu’ils fournissent une caution (une personne se portant aval). En conclusion, et c’est utile de le souligner, le notaire n’hésitera pas à écarter les enchères fantaisistes, ainsi que celles qui sont formulées par des amateurs dont la solvabilité est douteuse.

© La Dernière Heure 2010.