Le gaz atteint un nouveau prix record en Europe

Les raisons : la baisse des livraisons de gaz russe et les retards engendrés par le faible niveau du Rhin.

Belga
Les États membres de l'Union européenne souhaitent que leurs installations de stockage de gaz soient remplies à 80 % au moins avant l'arrivée de l'hiver.
Les États membres de l'Union européenne souhaitent que leurs installations de stockage de gaz soient remplies à 80 % au moins avant l'arrivée de l'hiver. ©Shutterstock

Le prix du gaz naturel en Europe a encore augmenté. En cause : la Russie continue de restreindre les exportations de ce combustible et le temps chaud exige beaucoup d'énergie pour le refroidissement. Un mégawattheure de gaz coûtait 241 euros à la clôture des transactions à la Bourse d'Amsterdam.

Le prix a augmenté de 7 % par rapport à la veille et constitue le prix de clôture le plus élevé jamais enregistré. Le prix actuel est ainsi onze fois supérieur à ce qui est normal pour cette période de l'année.

La Russie a cessé de fournir du gaz à certains pays européens, comme les Pays-Bas, la Finlande, la Bulgarie et la Pologne. D'autres pays, dont le grand consommateur qu'est l'Allemagne, doivent composer avec beaucoup moins de gaz russe que d'habitude. Bien que Moscou se justifie avec des raisons "techniques", les autorités allemandes affirment qu'il s'agit d'un moyen de pression politique visant à affaiblir les sanctions européennes en raison de la guerre en Ukraine.

Par ailleurs, cette crise énergétique se complique également par le faible niveau des eaux du Rhin. Les péniches sont donc contraintes de transporter moins de marchandises, alors qu'elles sont essentielles dans l'approvisionnement en carburant de l'arrière-pays européen, depuis les ports d'Anvers ou de Rotterdam. On s'attend toutefois à ce que le niveau d'eau du Rhin augmente quelque peu dans les prochains jours en raison de la pluie, ce qui apporterait un certain répit.

Craintes pour l'hiver

Le 7 mars, le prix du gaz à la bourse d'Amsterdam a brièvement atteint un sommet historique de 345 euros par kilowattheure, avant de retomber le même jour à 227 euros à la clôture de la séance.

Les États membres de l'Union européenne souhaitent que leurs installations de stockage de gaz soient remplies à 80 % au moins avant l'arrivée de l'hiver. Si la Russie limite encore ou réduit davantage ses approvisionnements en gaz, les pays devront puiser rapidement dans ces stocks.

Le chef du régulateur allemand de l'énergie, Klaus Müller, a donc mis en garde, dans une interview accordée à t-online, contre des prix du gaz durablement élevés. En effet, les réserves devront alors être reconstituées. "Il est important que chacun se rende compte : il ne s'agit pas d'un seul hiver, mais d'au moins deux", a-t-il déclaré au site d'information. "Le prochain hiver pourrait même être plus difficile."

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be