Fermeture de Nord Stream 1 : le prix du gaz européen augmente de plus de 30 %

La fermeture prolongée annoncée par Gazprom a relancé la folle chevauchée des prix du gaz européen vers ses sommets historiques.

Fermeture de Nord Stream 1 : le prix du gaz européen augmente de plus de 30 %
©Shutterstock

La semaine commence du mauvais pied sur le marché du gaz. La fermeture prolongée du gazoduc Nord Stream 1, annoncée vendredi en fin de journée par Gazprom, crée à nouveau des étincelles. Ce lundi, le prix du gaz en Europe prenait près de 30 %, avant de refluer aux alentours des 20 % de hausse.

Après avoir atteint le record historique de 345 euros le mégawattheure, le gaz avait entamé un recul marqué, accordant une accalmie aux marchés et aux consommateurs. Mais la perspective de voir les vannes du gaz russe définitivement coupée vers l'Europe sème à nouveau un vent de panique. Gazprom a justifié sa décision de vendredi par des problèmes techniques. Mercredi, le pipeline entre la Russie et l'Allemagne via la mer Baltique avait déjà été fermé pendant trois jours pour cause de maintenance.

Les observateurs craignent fortement que Gazprom ne reprenne pas du tout les livraisons via Nord Stream 1. Moscou avait précédemment réduit l'approvisionnement en gaz à 20 % de la capacité maximale. Gazprom a également invoqué des problèmes techniques pour expliquer cette situation.

La Russie continue d'envoyer du gaz à l'Europe via un itinéraire passant par l'Ukraine, mais cela ne suffit pas à compenser l'arrêt des livraisons par Nord Stream 1.

Les sanctions occidentales sont la cause de l'arrêt des livraisons de gaz russe, assure le Kremlin

Le Kremlin a assuré lundi que l'arrêt des livraisons de gaz russe vers l'Allemagne via le gazoduc stratégique Nord Stream était de la seule faute des Occidentaux, car leurs sanctions empêchent la maintenance des infrastructures gazières.

"Les problèmes de pompage (de gaz) sont apparus à cause des sanctions des Etats occidentaux. Il n'y a aucune autre raison à ces problèmes", a estimé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, quelques jours après l'arrêt complet de Nord Stream, pipeline crucial pour l'approvisionnement des Européens.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be