les réseaux de lutte contre la pauvreté appellent à une réflexion globale d'urgence sur les prix de l'énergie: "Un risque réel de bain de sang social"

Les réseaux de lutte contre la pauvreté en Belgique appellent d'urgence à la mise en place d'une taskforce "sortir de la crise énergétique par le haut".

Belga
les réseaux de lutte contre la pauvreté appellent à une réflexion globale d'urgence sur les prix de l'énergie: "Un risque réel de bain de sang social"
©Shutterstock

Les mesures d'aides déjà prises par les différents gouvernements sont essentielles pour passer l'hiver, mais elles ne suffisent pas, alarment-ils lundi dans un communiqué. "Agir sur le logement est la première piste structurelle qui puisse apporter une solution durable en faveur de la lutte contre la pauvreté et l'appauvrissement, au bénéfice de nos finances publiques et des enjeux climatiques", estiment-ils. Le constat est clair: "avant la crise covid, les inondations de juillet 2021, l'inflation et l'augmentation générale du coût de la vie, une personne sur cinq en Belgique subissait déjà la précarité énergétique". "Aujourd'hui, c'est le drame et un risque réel de bain de sang social! Les factures d'énergie déjà inabordables pour les personnes en situation de pauvreté deviennent tout simplement impayables et maintenant, la classe moyenne inférieur n'y échappe plus et s'écroule", préviennent-ils.

La crise énergétique actuelle "ne vient pas de nulle part", pointent-ils. "Pour en sortir, il faut une politique cohérente et ambitieuse comprenant à la fois des mesures de soutien (...) et une approche durable pour réaliser une transition climatique juste."

Une coordination et un alignement entre les différentes matières politiques et les différents niveaux de pouvoir du pays, ainsi qu'avec l'Europe, est nécessaire.

Les réseaux de lutte contre la pauvreté se tiennent prêts à travailler avec une telle taskforce et ont déjà rédigé un cahier de priorités. Ils préconisent notamment le gel du tarif social pour les personnes bénéficiant du statut BIM, ainsi qu'un ancrage structurel de l'extension de ce tarif. Ils conseillent aussi un soutien plus ciblé de la classe moyenne inférieure afin de "couvrir au moins toute la période hivernale".

Les réseaux appellent également à la conclusion d'un pacte logement-énergie pour une transition climatique juste et rapide impliquant "des investissements massifs dans l'isolation des bâtiments, en commençant par les logements occupés par des familles à faibles revenus et de la classe moyenne inférieure, tant dans le logement privé que public".

Enfin, "le relèvement des revenus les plus faibles au-dessus du seuil de pauvreté doit être une priorité politique absolue", poursuivent-ils. Il en va de même pour le fait que "l'enveloppe bien-être soit pleinement appliquée aux prestations sociales des régimes de salariés, d'indépendants et de l'assistance sociale".

Au niveau européen, les réseaux demandent que les fonds européens liés au Green Deal soient investis dans l'accès au logement et l'isolation des logements des familles les plus précarisées, mais aussi que les surprofits actuellement réalisés par les grandes entreprises d'énergie soient taxés et le résultat redistribué aux ménages qui ne peuvent plus payer leurs factures d'énergie.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be