Test Achats dénonce la méthode de calcul des contrats d'énergie variable: "Les consommateurs peuvent être confrontés à des prix allant du simple au triple"

Tests Achats dénonce la difficulté à trouver des contrats d'énergie variable profitables.

Test Achats dénonce la méthode de calcul des contrats d'énergie variable: "Les consommateurs peuvent être confrontés à des prix allant du simple au triple"
©Shutterstock

Avant que la Russie n'envahisse l'Ukraine, il était possible, au moment de signer un contrat d'énergie variable, de faire jouer la concurrence et d'avoir des tarifs préférentiels. Désormais, c'est devenu chose impossible.

Outre le fait que les fournisseurs ne proposent plus de contrat fixe, il y a une autre grosse difficulté à laquelle sont confrontés les consommateurs, celle de trouver un "bon" contrat d'énergie variable.

Dans un communiqué, Test Achat avance deux raisons. Tout d'abord à cause de la "multitude de paramètres et de moments d'indexation différents", et ensuite parce que "les méthodes de calcul pour projeter l’évolution des prix des contrats fixes ne sont pas uniformisées".

Effectivement, les fournisseurs emploient différentes méthodologies au moment de proposer des contrats d'énergie variables, que ce soit pour le gaz ou l'électricité. Ainsi, si certains contrats se basent sur des moyennes de prix, d'autres se basent sur des cotations d'un jour alors que d'autres encore se basent sur les chiffres à court ou long terme.

Face à cette variabilité, comparer les prix entre les différents fournisseurs afin d'avoir un tarif préférentiel est devenu le parcours du combattant.

C'est pourquoi, Test Achats a demandé aux fournisseurs d'utiliser une méthode de calcul uniforme et une simplification des tarifs variables. “Vu qu’il n’existe aucune méthode uniforme de projection des prix pour les contrats variables, les consommateurs peuvent être confrontés à des prix allant du simple au triple pour un même contrat en fonction du comparateur choisi” explique Julie Frère, porte-parole de Test Achats, pour qui la coupe est pleine. "Le principe d'un marché transparent pour les consommateurs est tout simplement devenu lettre morte” déplore-t-elle.

Enfin, Test Achats ajoute dans la fin de son communiqué qu'avant 2018, les contrats variables ne pouvaient être indexés que maximum quatre fois par an, lors de chaque début de trimestre. Désormais, cette indexation peut avoir lieu tous les mois.

Une réunion est prévue avec la CREG, le régulateur fédéral pour trouver une méthode de calcul uniforme pour tous les régulateurs.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be