"Je crains une forte hausse du prix du diesel": les raisons de l’inquiétude de Damien Ernst

Le professeur de l’ULiège Damien Ernst s’inquiète d’une flambée du prix du diesel dans les semaines à venir. Voici pourquoi.

Adélie Reginster
Prix diesel
©Shutterstock

Le prix du diesel s’apprête-t-il à augmenter fortement ? S’il n’est actuellement déjà pas très bon marché (+/- 1,80 € du litre), il pourrait devenir encore plus cher dans les semaines à venir, craint Damien Ernst, professeur à l’Université de Liège et spécialiste des questions énergétiques. Contacté par la DH, il a expliqué les raisons de son inquiétude.

”Le prix du baril de pétrole n’est pas en train d’exploser, celui du diesel continue insidieusement d’augmenter. Et c’est principalement lié au fait qu’il y a un manque de capacité de raffinage pour le diesel en Europe et qu’on manque de pétrole lourd pour faire du diesel”, explique Damien Ernst, qui évoque avec pessimisme la date du 5 février. C’est en effet à ce jour qu’entrera en vigueur l’embargo sur les produits pétroliers raffinés russes (l’interdiction sur le pétrole brut est en place depuis le 5 décembre). Les problèmes liés à la capacité de raffinage du pétrole en Europe seront donc encore plus importants à partir de ce moment-là. “Le monde ne peut pas se passer du diesel russe actuellement, et avec cet embargo qui arrive, je crains que le marché du diesel se tende, que le prix parte significativement à la hausse et que pendant des mois et des mois, on se retrouve avec un prix plus élevé que ce que l’on a actuellement”, affirme le spécialiste de l’énergie.

Lire aussi > Énergie : les primes de janvier, février et mars auront elles aussi du retard

"Tout va dépendre des Russes"

Mais à quel point pourrait augmenter le diesel ? “Je n’ai pas envie de donner un chiffre au hasard”, répond Damien Ernst, avant d’évoquer le facteur qui sera déterminant dans cette hausse probable : “Tout cela va dépendre des latitudes des Russes et de la manière dont ils vont refourguer à d’autres endroits le diesel qu’ils envoyaient en Europe ou aux États-Unis. Si la Russie n’y arrive pas, le prix du diesel peut grimper très, très haut”. “Il y aura juste un manque de diesel et, un peu comme on l’a observé avec le gaz, le phénomène suivant pourrait avoir lieu : le prix va fortement grimper, pour tuer quelque peu la demande et ensuite rééquilibrer les marchés”, poursuit-il.

Pour Damien Ernst, il est important – dans la mesure du possible -, d’anticiper cette hausse du prix du diesel. Comment ? “Face à ce risque, je conseille aux personnes qui ont une chaudière à mazout et qui le peuvent, de jouer la sécurité en remplissant leur chaudière maintenant, avant d’avoir l’entrée en vigueur de l’embargo russe”.

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be