La CWaPE, le régulateur wallon de l’énergie, a rendu son avis sur le coût de l’instauration de la tarification progressive de l’électricité en Wallonie, explique La Libre Belgique ce vendredi matin.  

Pour rappel, ce projet porté par Jean-Marc Nollet, le ministre wallon de l’énergie, a pour objectif de rendre le prix de l’électricité progressif en offrant 400 à 800 KWh à chaque ménage en fonction de certains critères. Les familles nombreuses doivent recevoir plus d’électricité gratuite, tout comme les bénéficiaires du tarif social de l’énergie.

Le mécanisme de la tarification progressive étant neutre budgétairement, le financement de la "gratuité" repose sur l’ensemble des consommateurs. Au total, 133 millions d’euros seront nécessaires pour financer la mesure. Les contributeurs nets sont les gros consommateurs car le montant de leurs cotisations excède le montant de l’électricité "offerte". Environ 60 à 65 % des ménages sont censés bénéficier de la mesure, supportée par 35 à 40 % des ménages.

Dans son avis, la CWaPE a évalué à 31,5 euros par MWh le prix qui sera facturé à l’ensemble des consommateurs résidentiels pour financer la tarification progressive. Le prix du MWh offert est lui évalué par le régulateur à 174,5 euros sur base des données de juin 2013.

Un ménage de 2 ou 3 personnes se verra offrir 0,5 MWh d’électricité, soit 87 euros. Pour une consommation annuelle de 3,5 MWh, le prix de la cotisation s’élèvera à 94,5 euros (3 fois 31,5 euros car l’électricité gratuite est exonérée de cotisation.

Le régulateur a également calculé le coût de la mise en œuvre du système. Etant donné qu’il existe diverses exceptions (pompes à chaleur, chauffage électrique) et que la "quantité" d’électricité offerte dépend de la taille des ménages, le système est assez lourd à mettre en place. Le coût additionnel pour les gestionnaires du réseau de distribution s’élève à 2,250 millions d’euros minimum (1,150 million en "one shot" et 1,1 million de façon récurrente).

Pour les fournisseurs d’énergie, le coût additionnel de la mise en œuvre de la tarification progressive est évalué à 482000 euros en "one shot" et 1,5 million de façon structurelle. Est-ce un prix trop élevé ? "Ce n’est pas surprenant compte tenu de toutes les exceptions prévues par le gouvernement, explique Francis Ghigny, le directeur de la CWaPE. Cela n’aurait rien coûté du tout si on avait offert la même quantité d’électricité à tout le monde et évité les exceptions comme pour les pompes à chaleur."

Précisons que le total de 3,5 millions d’euros de coûts de mise en œuvre de la tarification progressive sera financé par les cotisations des consommateurs.