L’une des questions majeures à laquelle le gouvernement conjoint de la Région wallonne et de la Fédération Wallonie-Bruxelles vient de répondre en bouclant son budget était l’année du retour à l’équilibre.

Ce sera finalement 2014 alors que les écolos souhaitaient 2015. Les Verts ont donc dû plier face aux autres partenaires.

C’est l’austérité pour privilégier la relance qui l’a donc emporté. C’est finalement grâce à un surplus budgétaire dégagé par la Région (86 millions d’€) que le trou à la Fédération (92 millions d’€) sera comblé. Les 6 millions manquants viendront de la Région Bruxelles-Capitale.

Autre information majeure de ce conclave budgétaire, l’idée de taxe de 3 € sur les billets d’avion a été complètement abandonnée, ce qui constitue une excellente nouvelle pour le citoyen voyageur. Par contre, la Région va dégager une somme de 65 millions d’€ en vendant son réseau de câble optique installé le long des grands axes autoroutiers.

Le gouvernement a décidé de ralentir des investissements. Cela devrait permettre de dégager 100 millions d’€. "Le solde, soit 260 millions, a été réalisé par une réduction du train de vie des deux gouvernements et de leurs administrations (Fonction publique, crédits facultatifs, gestion dynamique de la dette, OIP)", explique le ministre-président des deux entités, le socialiste Rudy Demotte.

Enfin, de nouvelles recettes pour 80 millions d’€ ont également été décidées pour boucler ce budget. Elles visent une meilleure perception de la taxe de circulation et de mise en circulation qui devrait rapporter 38 millions d’€. Même chose pour les droits d’enregistrement pour 26 millions d’€. Une taxe sur les essieux dégagera 5 millions d’€. Enfin, une taxe sur les mâts GSM et éoliens devrait rapporter 10 millions d’€.

Il conviendra encore de préciser que le gouvernement s’est accordé sur le mode de financement des infrastructures hospitalières. Nous annoncions il y a quelques semaines dans la DH que, sans solutions rapides, les investissements prévus pour 1,6 milliard d’€ étaient fortement menacés.