Entre décembre 2012 et décembre 2013, le prix moyen de l'électricité en Belgique a diminué de 24%, et le prix du gaz de 15%. Certains ménages ont toutefois constaté que leur facture annuelle a augmenté. Cette situation s'explique car la politique fédérale en matière d'énergie portait uniquement sur le coût de la particule énergétique, et pas sur celui des réseaux et des surcharges, peut-on lire mercredi dans Le Soir, qui a pu consulter le dernier rapport du régulateur fédéral (Creg). En 2013, certaines surcharges (comme celle liée au photovoltaïque wallon) ont explosé, ce qui a détruit l'effet positif des politiques fédérales. Mais ces compétences dépendent des Régions, et ne sont pas traitées par la Creg.

Dans son rapport, cette dernière salue les performances de la politique énergétique fédérale du secrétaire d'Etat à l'Energie, Melchior Wathelet, et du ministre des Consommateurs, Johan Vande Lanotte. Le régulateur évoque notamment les effets bénéfiques du "filet de sécurité", mécanisme qui avait pour but de réduire les prix de l'énergie afin qu'ils "ne dépassent pas la moyenne des pays voisins".

Même si le régulateur encourage vivement le prochain gouvernement à maintenir ce filet de sécurité, il glisse tout de même une petite réserve dans son rapport, pointant le fait que "le consommateur est inutilement exposé à une multitude d'informations", ce qui peut complexifier le choix d'un tarif.