Gérard (prénom d’emprunt) a failli en avaler son café de travers. Client chez Electrabel depuis près de 20 ans, il a toujours payé ses factures à heure et à temps.

Depuis quelque temps, sans en avoir fait la demande, il ne reçoit plus ses factures par la poste, mais par e-mail. Le 21 août dernier, il reçoit donc un e-mail l’invitant à s’acquitter de ses provisions pour le mois de septembre, soit 150 €. "J’étais en vacances, je n’ai donc pas vu cet e-mail immédiatement. En rentrant, mi-septembre, ma boîte e-mail était inondée et cette invitation à payer m’a donc échappé. Le 2 octobre dernier, je reçois un courrier postal daté du 29 septembre intitulé mise en demeure."

Electrabel y précise . "Il ressort de nos comptes qu’à la date du 28 septembre, et ce, malgré nos précédents rappels, vous n’avez toujours pas payé vos factures dues. Par conséquent, nous vous mettons en demeure de régler votre solde impayé de 150 €. Pour cette mise en demeure, conformément à nos conditions générales, des frais supplémentaires de 14,03 € seront portés en compte sur votre prochaine facture."

Gérard consulte l’ensemble du courrier et s’étonne de voir Electrabel le menacer, s’il ne paie pas immédiatement, de demander au gestionnaire de réseau de placer un limiteur de puissance sur son compteur (si ce n’est déjà fait, sic). Et de prévenir le CPAS de sa commune pour lui communiquer ses coordonnées sauf s’il fait part de son refus par lettre recommandée avant le 19 octobre.

"Ces méthodes sont pour le moins brutales. Je devais m’acquitter des 150 € pour le 6 septembre, je suis donc en retard et fautif sur ce point, mais un seul retard de paiement justifie-t-il toute cette mise en scène ? D’autant qu’avec l’informatisation de leurs services, j’imagine que ce courrier est généré automatiquement. Or, ma consommation est inférieure aux provisions que je verse tous les mois et la régularisation annuelle qui sera effectuée ce mois-ci présente un solde de plusieurs centaines d’euros en ma faveur. Bien plus que les 150 € qu’on me réclame. Mais ça, faute d’humanisation dans leurs services, ils ne s’en rendent même pas compte."

Et ce n’est pas tout . Gérard remarque également que le courrier qui lui est adressé mentionne un montant total à payer de 300 €. "C’est incroyable, il est écrit noir sur blanc que le montant total des impayés à la date du 28 septembre s’élève à 300 €. Et à la ligne d’après, "dont non encore échu : 150 €". Comment puis-je avoir des impayés qui ne sont pas encore échus (NdlR : la facture de 150 € dont il est question est à acquitter pour le 6 octobre). Electrabel considère donc que j’ai deux factures en retard, ce qui est faux. Et j’attends toujours les précédents rappels qu’ils prétendent m’avoir envoyés. Comme j’attends de pied ferme le technicien qui viendra placer un limiteur de puissance sur mon compteur. De toute façon, ma décision est prise. Puisqu’ils veulent m’exclure de leurs clients, je n’attendrai pas qu’ils passent à l’acte. J’ai déjà pris contact avec un autre fournisseur."