Le dernier venu sur le marché belge de l’énergie a des objectifs ambitieux et promet la simplicité.

La Belgique compte officiellement un fournisseur d’électricité et gaz supplémentaire : Poweo. La marque, issue de l’entreprise française Direct Energie, était arrivée en Wallonie l’an dernier. Son investissement dans Bruxelles et la Flandre date du 7 avril, un mois, donc, avant l’annonce en grande pompe.

Ce dernier venu n’est pourtant pas le dernier à considérer : Poweo promet des tarifs bas, de la simplicité - une seule offre tarifaire - et de l’efficacité à ses clients. Une formule optimale, selon la marque, notamment récompensée en France pour son service clientèle, qui, pour la Belgique, précise l’entreprise, est situé dans le royaume.

À terme, Poweo assure vouloir permettre l’accès aux technologies et innovations telles que le thermostat Nest, déjà proposé par quelque fournisseur du marché belge.

Au point que cet outsider ne ménage pas ses ambitions : il vise 400.000 clients belges d’ici à 2018. Pour l’ordre de grandeur, la Wallonie compte environ 1,2 million de clients résidentiels.

Invraisemblable ? Pas forcément. Dans le sud du pays, Poweo s’est déjà adjugé un marché groupé organisé par l’association de défense des consommateurs Test-Achats. De fait, son offre trône parmi les moins chères d’après les comparateurs.

Mais c’est en France, son marché d’origine, que Direct Energie - Poweo chez nous - a le plus brillé l’année dernière. Avec 1,3 million d’abonnements, l’entreprise se classe troisième, derrière EDF (Luminus en Belgique) et GDF Suez (Electrabel ici). C’est 17 % de plus qu’un an auparavant.

Poweo ne vient à l’évidence pas les mains vides et son palmarès hexagonal récent lui confère doucement la notoriété qui lui manquait.

Il lui reste à faire sa place au sein d’un marché belge, considéré comme concurrentiel par les régulateurs où, malgré tout, les fournisseurs historiques restent majoritaires.