Au micro de nos confrères de la RTBF, le socialiste a surtout évoqué la crise des prix de l'énergie qui devient "une crise sociale". En effet, depuis l'augmentation colossale des prix de l'électricité et du gaz, les factures n'ont cessé de gonfler pour atteindre des sommes jamais vues auparavant.

Pour aider la population, le gouvernement a déjà mis certaines choses en place, rappelle le ministre fédéral de l'économie et du travail. "Nous avons mis en place un tarif social sur l'électricité et le gaz qui bénéficie à plus d'un million de familles, sans lequel la facture d'électricité serait doublée et celle de gaz multipliée par cinq. Il y a également des mesures vis-à-vis des CPAS avec l'alimentation du fond électricité et gaz. Mais on doit aller plus loin pour que ceux qui ne bénéficient pas de ces mesures ou du tarif social puissent être aidés pour faire face à l'explosion des factures".

Pour ce faire, le PS a proposé d'octroyer aux ménages - sauf aux 10 à 20% de plus riches - un chèque de 200 euros. Ce qui coûterait tout de même quelque 750 millions d'euros. "On doit le faire. C'est une nécessité. Il y a des propositions qui sont sur la table notamment avec des rentrées supplémentaires en matière de TVA. Il y a de l'argent à aller chercher chez les producteurs qui font des surprofits puisqu'ils produisent de l'électricité à un coût bien moindre que le prix auquel elle est vendue. Nous avons demandé aux régulateurs de faire une étude pour voir quelle est la hauteur de ces surprofits. Ce n'est qu'une question de jours avant qu'on arrive avec une solution. (...) Je me fiche de la solution tant qu'on peut répondre à cette crise énergétique", conclut Pierre-Yves Dermagne.