Le "quiet quitting" ou démissionner sans partir: le nouveau mal-être au boulot

Le "quiet quitting", sorte de "grève du zèle" 2.0, pose la question de la pression au travail.

Le "quiet quitting" ou démissionner sans partir: le nouveau mal-être au boulot
©Shutterstock
Ces dernières années, le monde du travail a changé. Télé-travail, évolution des relations professionnelles, et surtout le rapport de l’individu et de l’entreprise au travail semble évoluer : en France, on compte une démission toutes les 4 minutes depuis le début de l’année ! Sans passer par...

Cet article est réservé aux abonnés

Profitez de notre offre du moment et accédez à tous nos articles en illimité