Contenu de partenaire

Être rémunéré en cryptomonnaies : en avez-vous en envie ?

Près d'un employé sur quatre serait prêt à recevoir une partie de son salaire en cryptomonnaies telles que le bitcoin. Les hommes et les jeunes sont les plus ouverts à ce type de rémunération. La cryptomonnaie est-elle un moyen de paiement valable ? Cela dépend d'un pays à l'autre...

Jobat.be
Être rémunéré en cryptomonnaies : en avez-vous en envie ?
©Shutterstock

Une étude récemment menée par iVox et commanditée par Partena Professional auprès d'un millier de salariés montre que 22% des répondants sont ouverts à l'idée de recevoir une partie de leur salaire en cryptomonnaies. Dans la catégorie des salariés de moins de 35 ans, plus d'une personne sur trois (36%) est favorable à cette option de rémunération.

L'investissement à long terme est la raison la plus souvent invoquée par les employés tentés de faire leurs premiers pas dans le monde de la cryptomonnaie. D’autre part, les employés refusant ce type de rémunération justifient leur choix par un manque de confiance en ce moyen de paiement.

Législation

En Belgique, les salaires doivent être payés en monnaie ayant un cours légal. « Pour le moment, la seule et unique option est l'euro », précise Catherine Mairy, juriste chez Partena Professional. « Pour autoriser une rémunération sous forme de cryptomonnaies, celles-ci devraient d'abord être reconnues comme ayant cours légal. »

L’octroi d’un bonus en cryptomonnaies n'est pas non plus autorisé car celui-ci est également considéré comme une rémunération. « Aucun avantage ne peut dès lors être versé sous forme de cryptomonnaies, même s'il existe un accord entre l'employeur et l'employé à ce sujet », ajoute Catherine Mairy.

De plus, les salariés qui perçoivent un montant en cryptomonnaies pourraient contester cette pratique émanant de leur employeur. À l’inverse, si l'employé exige le paiement de son salaire en cryptomonnaies, un accord entre les deux parties ne suffira pas car la législation belge actuellement en vigueur ne permet pas de rémunération sous cette forme.

« Même en supposant que les cryptomonnaies aient cours légal, cela nécessiterait un accord entre l'employeur et l'employé au sujet de la devise utilisée. »

Enfin, il existe une série d’objections pratiques. « Outre le fait que les cryptomonnaies n'aient pas de cours légal en Belgique, le paiement des salaires en cryptomonnaies ne peut être opéré via les canaux existants tels que le virement bancaire classique . « Compte tenu du caractère extrêmement volatile des crypto-monnaies, se pose également la question de savoir comment déterminer le montant sur lequel sont calculées les cotisations sociales et le précompte professionnel », précise Catherine Mairy.

À l'étranger

En attendant, certains pays autorisent les cryptomonnaies comme moyen de rémunération. Cette pratique est déjà autorisée et gagne en popularité au Japon, en Nouvelle-Zélande et aux États-Unis.

Source : Jobat.be

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be