Contenu de partenaire

Comment l'intelligence artificielle creuse-t-elle l'écart de rémunération entre les sexes ?

L'intelligence artificielle (IA) fait de plus en plus partie de notre quotidien. Celle-ci peut également être bénéfique pour les demandeurs d’emplois à la recherche de postes vacants. Vous éviterez toutefois de vous fier aveuglément aux résultats fournis par l’intelligence artificielle lors de votre recherche d’emploi car, bien qu’elle possède de nombreux avantages, certains inconvénients sont à prendre en considération…

Jobat.be
Comment l'intelligence artificielle creuse-t-elle l'écart de rémunération entre les sexes ?
©123rf

L’entremetteur a toujours raison… ou pas ?

Des logiciels intelligents faisant appel à l’intelligence artificielle peuvent associer le candidat idéal à l'offre d'emploi idéale. Pour vérifier leur bon fonctionnement, la Banque nationale néerlandaise des postes vacants a mené une étude sur la correspondance des CV et des postes vacants par le biais de l'intelligence artificielle. Les résultats montrent que l’IA est fiable… mais pas à 100%.

1. Homme vs femme

Pour déterminer l'adéquation parfaite, l'intelligence artificielle s'appuie sur les données disponibles dans le système de 'matching affinitaire'. Il semblerait par exemple que, sur base de la langue utilisée dans le CV, celui-ci puisse reconnaître si un CV a été rédigé par un homme ou une femme.

Concrètement, des expressions telles que « caractère de gagnant », « orienté résultats » et « pas de mentalité de type 'nine to five' » se retrouvent principalement dans les CV masculins. Des termes tels que « communicatif » et « joueur d'équipe » sont plus souvent mentionnés dans des CV féminins. Cette reconnaissance garantit que les CV sont mis en adéquation avec les postes vacants dans lesquels les mêmes mots sont utilisés.

Il s'avère toutefois que des termes principalement 'masculins' sont utilisés dans les offres d'emploi les plus rémunératrices. Résultat des courses : les hommes sont majoritairement associés aux postes aux salaires élevés.

2. Reconnaissance de formes

L'intelligence artificielle suit des algorithmes et reconnaît certains modèles. Rien d’illogique étant donné que le « machine learning » est à la base de l'intelligence artificielle. En revanche, cela signifie que les valeurs et les normes sociales ne sont pas prises en compte lors du 'matching affinitaire' entre les candidats et les offres d’emploi.

Étant donné que le ratio hommes-femmes n'est pas équilibré dans certains secteurs, l'IA ne résoudra pas cette inégalité et, dans certains cas, l’accentuera même.

3. Écart salarial plus grand

Malheureusement, l'écart de rémunération entre les hommes et les femmes est toujours d’actualité, même si les différences se réduisent. L'écart salarial en Belgique est actuellement de 5,3%. Cela signifie que, dans la pratique, les femmes gagnent en moyenne 5,3% de moins que les hommes pour un même poste.

À titre de comparaison : en matière d'écart salarial, la Belgique ne s'en sort pas trop mal, surtout en comparaison avec des pays comme l'Allemagne (18,3%) et la Lettonie (22,3%). Le Luxembourg a le plus petit écart salarial d'Europe, à savoir 0,7%.

Le « machine learning » de l'IA a des conséquences sur notre écart salarial : en assimilant les femmes à des postes vacants moins bien rémunérés en fonction des termes utilisés dans leur CV, cette inégalité ne fera que persister, voire même s'accroître.

Il y a du pain sur la planche

L'intelligence artificielle en elle-même peut certainement apporter de la valeur ajoutée lors de la recherche du bon emploi. Il ne faut cependant pas perdre de vue l'aspect humain. Afin de mettre en œuvre l'IA de la manière la plus optimale possible sur le marché des postes vacants, certains problèmes de démarrage devront d'abord être résolus. En bref : il y a du pain sur la planche pour les développeurs de logiciels intelligents.

Source : Jobat.be

Les derniers annonces avec LOGIC-IMMO.be