Près d'une personne sur quatre déclare avoir presté moins d'heures en mars que d'habitude ou n'avoir pas travaillé du tout. 

On estime que cela concerne environ 1.152.000 personnes occupées, dont 737.000 n'ont presté aucune heure et 415.000 ont presté moins d'heures que d'habitude, indique jeudi l'office des statistiques Statbel. En mars 2020, les personnes occupées ont presté en moyenne 32,8 heures dans un emploi à temps plein et 19,4 heures dans un emploi à temps partiel, pour ce qu'elles considèrent comme leur emploi principal. Cette moyenne est inférieure à celle du mois de février 2020, durant lequel les personnes ont presté 37,3 heures dans un emploi à temps plein et 21,6 heures dans un emploi à temps partiel. Elle est aussi inférieure à celle de mars 2019, lorsqu'un emploi à temps plein occupait en moyenne 37,5 heures et un emploi à temps partiel 22,0 heures, précise Statbel.

La raison la plus fréquente pour laquelle les personnes n'ont pas travaillé est une maladie, un accident ou une incapacité temporaire. La plus forte hausse pour motif d'absence s'observe toutefois pour les motifs techniques ou économiques (chômage temporaire): de 6.000 chômeurs temporaires en février à 223.000 en mars 2020. Beaucoup d'indépendants se sont aussi retrouvés sans emploi et ont eu recours au droit passerelle.

Statbel note toutefois que 3% des travailleurs ont travaillé plus en mars. Les principales raisons de travailler davantage sont les motifs techniques ou économiques suivis par les autres raisons et l'horaire flexible.