Travail

Entre 2007 et 2017, le nombre de salariés et indépendants invalides est passé de 242.084 à 404.657, soit une augmentation de 67%, rapporte Le Soir. Ces chiffres interpellants sont au centre d'un symposium organisé par les Mutualités libres. L'organisme assureur annonce avoir comme objectif de réduire le taux d'invalidité de 20% d'ici 2025. Ce jeudi de 13h00 à 22h00, employeurs, patients, médecins, représentants de l'Institut national d'assurance maladie-invalidité (Inami) et du cabinet de la ministre de la Santé Maggie De Block débatteront de cette question: "Reprendre le travail: quels facteurs de succès? ".

La hausse du nombre d'invalides, c'est-à-dire de personnes en incapacité de travail depuis plus d'un an, s'explique seulement pour un tiers par la croissance démographique, d'après l'analyse des données de l'Inami par les Mutualités libres. Les femmes sont plus touchées, avec un taux d'invalidité de 10,1% contre 7% pour les hommes, souligne dans Le Soir l'union qui regroupe cinq mutualités et plus de deux millions d'affiliés.

L'impact budgétaire est lourd tant pour la sécurité sociale (près de 5,4 milliards d'euros d'indemnités versées aux salariés invalides en 2017) que pour les malades. Selon une récente étude des Mutualités libres, ces derniers payent en moyenne près de 1.500 euros de leur poche en frais médicaux durant leur première année d'incapacité.

L'organisme plaide pour une collaboration plus efficace entre les prestataires de soins et une responsabilisation accrue des employeurs en matière de bien-être au travail et de réintégration professionnelle. "Entre autres, par le biais d'incitants financiers lorsque les employeurs prennent des mesures pour faciliter le retour au travail", précise-t-il dans un communiqué. "Nous devons mettre l'accent sur les capacités restantes des malades de longue durée et sur leur accompagnement dans le trajet de réintégration professionnelle", conclut-il.